#ecriturecontrainte2018 (55)

L’incandescence de ton regard a le don d’entretenir l’incendie qui consume mes sens.

Tes fesses, qui dessinent des huit lascifs quand tu marches, ont celui de donner vie à mon sexe quand elles viennent amoureusement se lover contre mon ventre.

Tu es si chaude ma mie, ainsi que le serait un fer rougi au feu.

Alors, tu as beau feindre la somnolence dans ces moments, je me doute bien du fait que tes pensées ne sont pas blanches comme neige quand tu agis ainsi. Et que tu n’attends que mon assentiment pour t’emparer de moi.

Et Dieu que j’aime ça

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s