#ecriturecontrainte2018 (56)

Il ne fallait pas que je loupe mon avion. En route pour te rejoindre. Des milliers de kilomètres à faire dans la nuit pour te retrouver et prendre un petit déjeuner avec toi dans la rumeur de ce café où tu m’avais donné rendez-vous au petit matin. Avais je donc perdu l’esprit pour oser ce voyage ? Peu m’importait. Il me fallait retrouver tes éclats de rire qui me manquaient tant. Mais si j’arrivais en retard, je risquais de te voir silencieuse et réprobatrice. Tu m’avais accordé cette chance mais ta patience avait des limites. Tant d’espoirs. Si peu de temps…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s