Ivresse

Envie de t’enivrer de moi,

De ma peau, ma bouche et mes mains

De t’offrir, bouillonnante,

Ma liqueur que, sans toi, je répands

Dans des caresses solitaires,

Devant ces visions de toi, éphémères,

Apparaissant sur mon écran

Et qui me rappellent l’ivresse

Ressentie à goûter

La source de ton con, le sillon de tes fesses,

Quand toi, ma belle amante,

Tu m’as accueilli, consacrant

Sans attendre le lendemain,

Nos mutuelles voluptés.

Depuis, le temps est en suspens

Et je sens le manque de toi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s