20180903 Oulimots

Sur la contrainte du 03/09 des oulimots

Photo : Dom von Vauvert

 

Gentil coquelicot dont le rouge sanguin

Peut évoquer celui de vos lèvres, mesdames,

Et, très discrètement, sans faire de ramdam,

Le seul fait d’y penser me donne le béguin.

 

Quand le vent fait trembler doucement ses pétales

Je pense à votre con et voudrais le lécher

Vous faire des cunni est loin d’être un péché

Et je suis amoureux des caresses labiales

 

Votre joli bouton, tout comme son pistil

Amène à ce qu’on soit délicat et tactile

Pour faire en vous monter de délicieux plaisirs

 

La fleur des champs je ne voudrais pas la cueillir,

Mais la laisser pousser pour qu’elle puisse accueillir

Auprès d’elle l’expression de tous nos désirs.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s