20180922 : oulimots

Screenshot_20180917-220233-01

Une verte contrainte.

Le vert est paraît-il la couleur de l’espérance. C’est ce que me dis en contemplant mon Perrier menthe  alors que, contrairement à l’accoutumée, tu es en retard. Et, à bien y réfléchir, cette couleur est une des composante essentielle de notre relation.

Déjà notre rencontre. Je m’en souviens très bien. Je cherchais un logement dans l’Essonne et j’avais fait appel aux services de l’agence Green Acres. En tant qu’agent chez eux tu m’avais proposé un logement à Vert le Petit. Et, alors que tu me le faisais visiter, j’avais été plus impressionné par tes courbes que par les volumes dont tu me faisais l’article. Ta généreuse poitrine ne demandait qu’à jaillir de ton chemisier de soie émeraude et je n’arrivais pas à en détacher mes yeux. Tu avais remarqué que je louchais dessus et, au lieu de me réprimander vertement, tu m’avais pris par la main pour me guider, d’abord vers la chambre, puis vers les boutons qui allaient faire céder les dernières barrières de tissu entre nous. Les gémissements de plaisir que tu poussas ensuite alors que je te caressais me firent vite prendre conscience du fait que j’avais la main verte pour ce qui était de cultiver notre jardin secret. Car, bien que nous eussions cédé si facilement l’un à l’autre, tu avais quelqu’un dans ta vie et moi aussi. Ce qui ne nous empêcha pas d’enchaîner des rendez-vous qui amenèrent autant d’étreintes, et ce, jusqu’à ce que nous finissions par trouver la  garçonnière qui devait m’accueillir pendant ma mission en île de France.

C’était donc pour célébrer cette signature que je t’avais invitée au restaurant la 7ème épice dont j’avais entendu le plus grand bien, notamment au niveau des cocktails. J’avais cru t’épater avec mon Gin to’Mint du Sichuan. Quelle ne fut alors pas ma surprise quand tu commandas un Last Word. Ce breuvage n’était pas des plus courant bien que remis au goût du jour dans les années 2000.  Je t’en fis part. Tu m’avouas alors ton faible pour la Chartreuse dû à tes origines iséroises. Et, une fois ton verre terminé, que ce serait probablement très difficile de se revoir maintenant que l’alibi de ton mandat auprès de moi ne tenait plus. Et tu partis. J’étais vert.

Alors aujourd’hui, alors que nous avons enfin trouvé un prétexte pour nous retrouver, je triture dans ma poche le trèfle à quatre feuilles que j’ai ramené d’Irlande, comme pour conjurer le sort alors que tu n’es toujours pas arrivée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s