20181020 : oulimots

Une contrainte de soupirant

Banc, soupir, souvenir, main, baiser, enfant, nuit  jasmin larme

Sur le banc, mon aimée va ta cyprine
Et nos amours
Faudra-t-il qu’ils me minent
Ta joie venait toujours à voir ma pine.

Des souvenirs sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure



La main dans tes dessous je te caresse
Tandis que sous
l’arrondi de tes fesses
je devine le plug qui te transperce

De tes soupirs sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

Je veux te baiser ici mon amante
baiser ici
Comme une envie prégnante
Et Dieu que ta Minette est brûlante

De tes désirs sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

 

Ton parfum de jasmin je rumine
ma belle enfant
dans nos nuits assassines
Sur le banc, mon aimée, va ta cyprine

d’une larme sonne l’heure
Les jours s’en vont je demeure

2 réflexions sur “20181020 : oulimots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s