20181031 : oulimots

Une contrainte de rupture

Rupture,  départ,  soulagement, renouveau, projet, cinquantaine, élan, conventionnel, aventure.

Ils se rejoignirent t à la terrasse d’un café. Ils formaient un drôle de tableau trouvèrent-ils . Lui, la cinquantaine, plus ou moins en rupture avec la société et elle qui cherchait une aventure afin d’échapper un moment à un mode de vie trop conventionnel. Et pourtant, finalement, ils étaient animés par un même élan. Tous les deux voulaient vivre autrement, mieux. Ils étaient heureux de cette communauté de projet et, bientôt, leurs bouches se rencontrèrent, leurs langues se mêlèrent.

Ils furent vite indécents. Au point de devoir trouver au plus vite un lieu pour abriter leurs ébats. Mais pas question d’aller chez lui. Il avait dévasté son appartement au cours de ses élans de désespoir. Et chez elle ? C’était prendre le risque d’être surpris par l’époux et il était probable qu’il n’apprécierait pas ce genre de renouveau dans la sexualité d’Aline. Ce fut donc avec soulagement qu’ils aperçurent l’enseigne d’un petit hôtel au coin de la rue.

Ils réunirent tout juste la somme nécessaire à la location d’une chambre pour l’après-midi en fouillant leurs poches. Il commençait à être vraiment fauché et, pour ce qui la concernait, Monsieur tenait très serrés les cordons de la bourse. Mais bon, ils y étaient.

Une fois à l’intérieur, elle se jeta sur lui, arrachant presque les boutons de sa chemise avant de s’attaquer à sa ceinture avec l’empressement de son désir impérieux. Il n’était pas en reste pour la déshabiller et il se retrouvèrent vite nus, leurs corps emmêlés. Et ce furent alors de folles cavalcades vers les sommets du plaisir. il la lécha à l’en faire hurler, elle le  prit en bouche, en con, en cul. Et, quand elle voulut lui rendre la pareille de ses doigts agiles, il lui tendit le sien avec joie.

Il fut hélas temps de se séparer, chacun devant reprendre le cours de sa vie. Mais cette escapade leur avait rendu à tous deux l’espoir de lendemains qui chantent. Et ils se promirent de se retrouver bientôt pour donner libre cours à l’expression de leurs désirs. Ça avait été de belles retrouvailles et cette complicité renaissante faisait sonner en eux le signal du départ vers un monde dans lequel ils auraient leur place. Tout restait à créer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s