20181202 : oulimots

Une contrainte calendaire :

Calendrier, quatre, préparation, arrivée, tradition, bougie , tiroir, chocolat, attente.

On a beau dire que le plaisir est aussi dans l’attente, le calendrier de leurs jeux n’était pas des plus rempli. Alors il voulait que tout soit parfait. La préparation de leurs retrouvailles lui avait donc pris quatre longues heures mais il n’avait pas vu le temps passer entre la disposition des bougies dans le salon, le choix des musiques d’ambiance et de tous les accessoires qu’il destinait. La tradition voulait qu’il la culbute sur le canapé sitôt qu’elle eût passé la porte. Mais là, il voulait quelque chose de plus raffiné de plus sensuel. Lui offrir du sensationnel, un de ces moments qu’on n’oublie pas. Mais il se retrouva chocolat à son arrivée, quand il vit son ventre bien rond. Elle lui avait bien caché qu’elle avait un polichinelle dans le tiroir. Il s’attendait à la grande scène du 2 sur son manque de précautions, son inconséquence et sa paternité à venir qu’il lui faudrait pourtant assumer. Or, à sa grande surprise, elle s’empressa de se jeter à ses genoux, de sortir sa queue de son pantalon et de le pomper goulûment avant de l’emprisonner entre ses seins gonflés par la grossesse. Et, quand elle vint s’empaler sur lui après l’avoir poussé sur le canapé, il se dit que, finalement, le sensationnel était partagé et qu’il ne savait décidément rien de ce à quoi pouvaient pousser les hormones. Mais il ne bouda pas son orgasme. Ni elle le sien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s