11/01 : si l’éphéméride m’était conté

Quand elle l’avait croisée elle avait été immédiatement fascinée par son sourire carnassier. Et quand il avait posé son regard sur elle, elle s’était sentie plus dévorée que jaugée. Ce qui ne lui avait pas du tout déplu. Alors elle s’était laissée aborder. Puis séduire. Pour finir par le rejoindre dans sa couche. Où ils s’étaient repaîts l’un de l’autre d’une façon très animale

Comme il avait de grandes mains

Comme il avait une grande langue

Comme il avait une grosse…

À l’instar du petit Chaperon Rouge elle avait vu le loup. Et elle s’en était plutôt tirée d’agréable manière.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s