22/01 : un éphéméride vigneron

Depuis le lever du jour, elle s’occupait de lui sans cesse, tantôt de ses mains, tantôt de sa bouche. Mais sans provoquer sa jouissance. Non. Cela lui était tacitement interdit. Elle voulait le maintenir dans un état d’excitation constant jusqu’à la fin de la journée. Il était alors contraint d’accepter ses caresses et l’infinie tumescence de son sexe. Mais pourquoi ? Il lui demanda la raison de cette divine torture entre deux gémissements. Elle le fixa d’un œil gourmand sans cesser de faire aller et venir ses doigts sur sa hampe.

— Car à la saint Vincent, le vin monte au sarment.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s