Voyeurisme

Il pleut. Voilà qui contrarie mes projets de café en terrasse. Et ce qui va avec, c’est à dire la contemplation des femmes qui passent. J’aime ces moments furtifs où le tissu d’une robe va dévoiler les jambes qu’il est censé couvrir à cause d’une enjambée différente qu’elles feront. Où, parce qu’elles se pencheront un peu trop, quand leur décolleté va bailler et découvrir une jolie dentelle. Ou rien parfois. Il faut cependant respecter ces moments qu’elles nous offrent le plus souvent sans le vouloir et ne pas être trop insistant dans le regard. Et avoir l’élégance de se laisser gagner par une situation plutôt que de la provoquer. Là est tout l’enjeu. À l’instar du photographe, il faut savoir capter ces brefs instants. À cette différence près que notre mémoire est parfois plus volatile que le stockage d’un appareil, bien que nettement plus étendue. C’est pourquoi il faut l’exercer. Pour se souvenir. Et avoir ces images pour les temps de disette. Mais je m’égare. Il pleut donc et les robes de printemps ne fleuriront pas. Tant pis. Je changerai probablement de terrain d’observation. Les centres commerciaux ont ceci d’avantageux qu’ils sont couverts. Et, pour qui sait avoir l’œil, sont également pleins de situations sensuelles que le regard peut subrepticement dérober. Alors peut-être que je vais aller errer dans une galerie. Et peut-être que j’en reviendrai avec de belles images dans la tête. Qui vivra verra.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s