Festival

J’avais appris par le canal de mon cercle d’amis écrivains qu’un festival de littérature érotique devait se tenir durant l’été. Les organisateurs avaient envisagé quelque chose de grandiose dans la mesure où il était carrément prévu de réunir les plus grands acteurs du genre afin d’en déterminer les nouvelles frontières. Le choix de Yalta leur avait donc semblé tout à fait naturel pour cette convention. Et, contrairement à ce qu’on pouvait croire, les séjours en Crimée s’étaient démocratisés avec l’arrivée de grandes chaînes hôtelières et des compagnies aériennes low cost. Alors, sans prévenir quiconque, j’avais pris la liberté de réserver mon avion et ma chambre car je ne voulais rater ça pour rien au monde. Avoir le badge attestant de ma présence ici et mon Polaroid au pied des marches du palais qui devait accueillir l’événement n’avait pas de prix. Sans compter la chance de pouvoir apercevoir, en baladant sur les rives de la Mer Noire, les derniers ibis falcinelle que notre civilisation démente était en train de faire disparaître comme tant d’autres espèces. Le voyage allait être bien, j’y ferais sûrement de bien belles rencontres. Et puis flûte si je me faisais passer un savon en revenant. Je n’avais qu’une vie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s