Planète interdite

Deuxième variation sur le texte de l’été des oulimots

Une avarie subite et le module avait quitté sa trajectoire avant de s’écraser sur le sol de ce planétoïde non référencé. Les capteurs biométriques m’avaient vite montré qu’il n’y avait âme qui vive dans l’habitacle. Ma mission était simple mais urgente : il me fallait constater l’étendue des dégâts, les réparer dans la mesure du possible et m’assurer que le pilote était toujours en vie, dehors peut-être. La mission ne pouvait s’arrêter là. Alors j’avais actionné mes propulseurs pour gagner l’extérieur. Le sas principal était ouvert et la faible gravité me permettrait certainement de voler jusqu’à la sortie. Je dus toutefois vite déchanter. La carcasse du robot TOU2 avait obstrué le passage. Alors j’avais gagné d’un vol bref l’issue secondaire qui se trouvait de l’autre côté du vaisseau. Le panneau était ouvert sur un ciel noir, sans étoile. Et une nouvelle impulsion m’avait permis de gagner l’extérieur. J’avais alors fini par capter un signal de détresse. En remontant jusqu’à sa source j’avais fini par retrouver le commandant Adams, dernier humain à bord. Il était tombé au fond d’un cratère et avait déchiré sa combinaison de survie. Il essayait vainement de colmater la fuite avec un mélange de poussière et de glace mais je voyais les volutes de son oxygène s’en échapper et, avec eux, le peu d’espoir de le sauver. Moi, l’IA FR1968AN, allais-je devenir le dernier espoir de l’humanité ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s