Bipolarité

img_20190702_2159191634965997288509381.jpg

Il s’était rendu compte assez rapidement du fait qu’il prenait son traitement de façon plutôt anarchique et qu’il se couchait de plus en plus tard. L’infatigable hamster de ses pensées s’était également mis à tourner de plus en plus vite dans sa roue. Il en avait parfaitement conscience. Mais, loin de s’en alarmer, il s’était trouvé au contraire plutôt à l’aise dans cette suractivité mentale. Il avait même profité de cet état pour multiplier ses contacts. Il se sentait créatif, plus offensif, plus alpha que jamais, quasiment invulnérable.

C’est pendant cette période qu’il avait fait sa connaissance. Contrairement à son habitude il n’avait pas tergiversé longtemps avant de lui proposer un rencard. Et il avait été flatté qu’elle semble aussi pressée que lui qu’ils se voient. Quand ils s’étaient retrouvés ensemble les choses s’étaient bien passées. Il avait été volubile et charmeur, tout en jouant de sa réserve pour la faire avancer à découvert. Et elle s’était volontiers prêtée au jeu. Alors, lorsqu’au milieu de la soirée, il lui avait proposé un baiser, il avait cueilli ses lèvres en signe de sa reddition. Sûr de sa séduction il avait même osé un « chez toi ou chez moi ? » qu’il aurait trouvé déplacé en d’autres circonstances. Elle avait souri en lui disant qu’elle avait un mari qui l’attendait dans son appartement. Et ils étaient allés dans son studio, passer le reste de la soirée. Et, même dans l’amour, il s’était avéré plus directif qu’il n’aurait pu le penser, la disposant comme bon lui semblait pour prendre leur plaisir. Elle avait aimé sa force. Décidément rien ne pouvait l’atteindre.

Et puis, à force d’aller droit dans le mur, il avait fini par le percuter de plein fouet. Il s’était retrouvé, un beau jour, complètement à l’arrêt, privé de toute énergie, comme mort. Il avait eu beau se débattre pour se sortir de ce marasme, il n’avait pu que virevolter vainement en se cognant aux vitres de ses angoisses. Tout ça parce qu’elle ne répondait plus à ses sollicitations. Et la machine qui avait si bien tourné s’était enrayée, le plongeant dans l’abîme sans issue possible. Oh, il en avait bien entrevu une, un bref instant, quand elle lui avait envoyé ce message lui disant qu’ils avaient des choses à se dire. Et puis il avait reçu un appel haineux du mari qui était tombé sur leur conversation. En bon Cerbère, il montrait les crocs pour marquer son territoire. C’était sûrement trop tard. Il n’empêchait que ça allait devenir très compliqué de la voir. Et, alors qu’il ne l’a connaissait qu’à peine, elle s’était mise à lui manquer. Il en était blessé, son cœur saignait. Et il avait beau papillonner pour essayer de panser ses plaies dans les froufrous de nouvelles conquêtes, rien n’y faisait. Au contraire. Car aucune de celles qu’il approchait ne voulait être son infirmière, préférant jouer les premiers rôles que les lots de consolation. Il s’était épuisé dans cette spirale descendante. Et il était maintenant si fatigué, si triste.

C’est alors qu’il avait compris son état. C’étaient son esprit et son corps qui lui disaient qu’il déconnait et qu’ils n’iraient pas plus loin. Ne lui était alors plus resté qu’à se recentrer. Une bonne introspection dont il avait fait ressortir, outre de respecter sa posologie, qu’il se laissait trop vite entraîner. Trop haut. Trop bas. Et que, pour éviter tout ça, il devait apprendre un peu plus la relativité.

Il avait du champ devant lui. Il était bon élève. Il saurait sans doute faire. Jusqu’à la prochaine crise. Il savait hélas qu’il y était condamné.

2 réflexions sur “Bipolarité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s