Attraction des extrêmes (19)

La caresse des lanières l’avait fait frissonner. Le premier coup lui avait arraché un cri. Plus de surprise que de douleur. Elle ne voulait pas le traumatiser et avait opté pour la progressivité du châtiment. Mais, privé de la vue et de l’ouïe, il ne pouvait que spéculer sur ce qui allait arriver, ce qui décuplait sa sensibilité.

Elle avait un peu attendu pour le deuxième. Comme pour le faire languir. Il en avait gémi. Et puis elle avait imprimé sa cadence dans ses chairs.

Elle avait apprécié sa résistance.

Il avait aimé résister à la tentation de crier grâce.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s