Le pas

 

— Laisse-toi aller, tout va bien se passer.

Elle venait de jeter au sol son soutien-gorge et son tanga et avançait vers lui d’une démarche féline. Toute résistance devenait inutile, il le savait. C’étaient les derniers remparts qui les séparaient de l’irréparable et elle les avait abattus avec grâce. Ne lui restait donc plus qu’à succomber. Il acceptait son sort sans crainte. Il entrait en territoire clandestin comme on entre en religion et il n’aurait pas pu rêver mieux qu’elle pour l’y accompagner.

Elle lui tendit ses lèvres. Il y cueillit le fruit défendu. C’était donc ça le goût du péché ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s