Du train où vont les choses

 

Ce matin est brumeux. Aussi bien dans la campagne qui défile par la fenêtre du TGV que dans ma tête. Il est beaucoup trop tôt et j’ai du mal à avoir les idées claires. Il me faut un café. Ça ne débouchera pas mon horizon mais la sensation de chaleur du liquide coulant dans ma gorge me fera du bien.

Allez, un petit effort. Direction la voiture bar.

Et peut-être que, quand j’aurai regagné ma place, j’aurai la force de relever la tête. Et de voir qu’elle est assise en face de moi. Et qu’elle me dévisage, sourire aux lèvres

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s