In cafe veritas

— Il paraît que si on boit dans le verre de quelqu’un on peut lire dans son esprit.

Et, avant que je n’aie pu répondre, elle avait pris ma tasse, l’avait portée à ses lèvres et y avait bu une minuscule gorgée. Avant de la reposer, son regard planté dans le mien

— Ajoutons à cela que je tiens d’une de mes aïeule, sorcière de son état, le don de lecture dans le marc de café et vous voilà perdu mon cher. Plus une seule de vos pensées ne pourra m’échapper désormais. Et Dieu qu’elles sont impures là. J’aime…

Démasqué, j’avais rougi.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s