In cafe veritas (2)


L

a glace était rompue. J’en remerciais intérieurement la chaleur communicative de mon expresso.
— Voyons à présent si le processus est réversible.
Et j’avais à mon tour bu une gorgée. Très lentement.
J’avais remarqué qu’elle avait laissé une légère trace de rouge à lèvres sur la tasse. J’y avais passé la pointe de la langue.
— J’ai encore un peu de mal à pénétrer votre esprit ma chère. Je sais toutefois que vous avez bon goût.
J’étais stupéfait par ma hardiesse. Elle semblait l’apprécier.
— De l’esprit pour alimenter vos pensées. Vous me plaisez très cher.
Et son sourire, d’amusé, était devenu gourmand.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s