Chaleur d’Orient

 Mots contraints : Salope, Ondine, Dominée, Ordonné, Minaret, Immoral, Soulevée, Élève, Envolée

La place de la ville, dominée par un imposant minaret, était déserte en ce début d’après-midi. Pas étonnant avec cette chaleur étouffante. Il n’y avait qu’une touriste comme elle pour se risquer dehors à cette heure s’était-elle dit en cherchant du regard un endroit où elle pourrait se préserver des rayons du soleil. Mais pourquoi n’était-elle pas restée jouer les ondines à la piscine de l’hôtel ? Elle aurait pu, pour se rafraîchir, profiter des parasols et des cocktails du bar entre deux plongeons

C’est alors qu’elle vit une porte s’entrouvrir et une main lui faire signe. La providence lui offrait une alternative à l’insolation qui lui était promise. Elle se hâta de franchir les quelques mètres qui la séparaient. de ce refuge inespéré.

La porte se referma sur elle et elle se sentit saisie par la relative fraîcheur qui régnait entre les murs épais. Le lieu était plongé dans la pénombre et elle ne pouvait distinguer le visage de son sauveur. Elle lui lança toutefois un timide « merci » qu’elle n’était pas sûre qu’il comprenne.

Elle se laissa un instant griser par les parfums d’orient qui flottaient dans la pièce. Il y en avait un qui la troublait tout particulièrement sans qu’elle ne pût déterminer ce que c’était. Une épice sans nul doute, mais à laquelle elle était incapable de donner un nom. Tout ce qu’ elle savait c’est qu’elle lui procurait de bien troublantes vibrations au creux de l’abdomen. L’idée que ce fût un aphrodisiaque olfactif, un de ces philtres dont parlent les contes, lui plut. C’était une belle découverte. Et l’idée d’exprimer sa gratitude à celui qui l’avait attirée ici lui traversa l’esprit. Il avait su offrir des frissons à son épiderme et une douce chaleur à son ventre. Elle ne se montrerait pas ingrate. 

C’est alors qu’elle réalisa que celui qui lui avait ouvert n’était pas seul. Une dizaine d’yeux la fixaient sans qu’elle ne pût voir à qui ils appartenaient. Par contre elle ressentait maintenant la tension sensuelle qui emplissait la pièce. Elle était au centre d’un faisceau d’ondes de désir et cela la fit frémir un peu plus. Ces hommes la voulaient et, bien qu’ils lui fussent parfaitement inconnus, l’idée qu’ils la possèdent lui apparut délicieuse . 

Alors, avant que cela ne lui fût ordonné ni même demandé, elle fit lentement glisser ses vêtements au sol. Toute pudeur envolée, elle tournait maintenant sur elle-même afin d’offrir à chacun l’intégralité de sa nudité. D’un seul mouvement les hommes s’approchèrent d’elle, formant désormais un cercle resserré autour de son corps. Elle sentait maintenant l’odeur de leurs corps et distinguait leurs sexes tendus dans sa direction. Ils allaient certainement la prendre chacun leur tour à présent. Elle le voulait. Et même en accueillir plusieurs en même temps. Et elle n’y voyait rien d’immoral. Ne se sentait pas salope. Au contraire. Elle était là, en ce pays monothéiste qui les bannissait, comme une idole païenne qu’ils allaient vénérer de leur virilité. 

Ils étaient tout contre elle maintenant, et elle se sentit soudain soulevée par d’innombrables bras pour être déposée sur ce qui allait être l’autel de leur liturgie.

Ces hommes, dont elle ignorait tout, allaient lui apprendre les amours multiples.

Elle serait une bonne élève. 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s