Soft listening

Cigarettes after sex.

Le nom du groupe allait si bien avec l’atmosphère sensuelle et éthérée qui se dégageait de l’écoute de leur dernier album.

Il se sentait à l’aise avec cette musique. Comme enveloppé. Et, malgré la nonchalance du tempo, il se nourrissait de l’énergie qui se dégageait de chaque morceau.

L’érotisme latent de ce qui passait dans son casque, le seul éclairage de l’écran de son ordinateur, la douce chaleur du lit. Il laissait vagabonder son esprit et regonflait ego et libido.

Il pansait ainsi les plaies de son cœur. Il pourrait sans doute mieux l’offrir par la suite.

La bande son