Fallait pas

(Image by Nikol Lohr on Flickr)

 

Mots contraints : Salon, retrouvailles, queues, boules, trous, pizza, lapin, attente, gingembre

Je suis au fond du trou. Et pas de la manière la plus agréable. J’ai plutôt l’impression d’être le lapin Duracell auquel on a retiré ses piles. Alors, entre deux gendarmes, menottes aux poignets et dans la salle d’attente du psychiatre expert qui va décider de l’abolition ou pas de mon discernement, et donc de mon avenir, je pense à ce qui m’a amené là.

Je me dis que jamais au grand jamais je n’aurais dû me rendre à ces retrouvailles d’anciens élèves qui avaient lieu dans les salons de ce grand hôtel parisien. Non seulement je n’y ai ressenti aucune affection de la part de mes anciens congénères, mais on m’a fait bien ressentir que j’étais en queue de peloton avec mes échecs successifs.

Alors, je l’avoue, tout ça m’a mis les boules. Et peut-être qu’il y avait quelque chose dans les boissons au gingembre qu’on m’a servies. Toujours est-il que j’ai pété les plombs et que, à force de la cogner sur le sol, j’ai fait de la pizza de la tête de la dernière personne qui s’est adressée à moi avec condescendance.

Fallait pas m’inviter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s