#Toi (4)

Je n’ai pas à attendre très longtemps. Tu as quitté ta jupe qui gît désormais sur le sol avant de revêtir ton harnais. Et je sens à présent l’oblong objet, que j’ai distingué quelques instants plus tôt, se glisser dans ma raie.

Tu le fais lentement coulisser, comme pour m’en faire apprécier les dimensions. Je peux ainsi mesurer à quel point tu vas te montrer généreuse avec moi. 

Tu viens de t’arrêter à l’orée de mon cul. 

Je soupire, impatient. 

— C’est donc ça que tu veux ? Tu vas le recevoir !

Et puis tu pousses un peu, faisant entrer le gland.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s