En vers. Et contre tous

Tu as le bras si fin qu’il pourrait pénétrer

Dans mon cul. Mais hélas tu es tellement loin

Nous en parlons pourtant. À chercher le moyen

D’être enfin réunis. Et puis de perpétrer

Ce que d’aucuns diraient être abomination

Un anus n’est pas fait pour être ainsi rempli

C’est à leurs pauvres yeux la morale abolie.

Ils ne comprennent pas quelle est notre passion

Et s’il n’y avait que ça. Tu es jeune et moi vieux

Au point qu’on te croirait être ma descendance

Cela n’est rien pour nous et c’est là notre chance

Enfin de faire taire enragés et envieux

Car si tout dans ce monde est fait pour éloigner

Les gens de mon espèce et celles comme toi

Nous nous moquons bien qu’on nous montre du doigt

Et notre passion finira par gagner.

Qu’ils nous acceptent ou pas ce n’est pas important

Ce qui compte au final c’est que nous puissions vivre

Enfin ce qui nous lie. D’aimer à en être ivre

Et de jouir l’un de l’autre. En prenant notre temps

Afficher au grand jour nos vices et nos écarts

Enfin heureux et libres au milieu de nos pairs

Tu voudrais me fister ? Je peux être ton père ?

On l’aura bien un jour ce satané rencard !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s