Humidum Satis Continue

Elle avait continué son manège un moment, tantôt le gobant sur toute sa longueur, tantôt le gardant au bord de ses lèvres et le chatouillant de sa langue. De sorte que son membre était maintenant tendu autant qu’il pouvait l’être et couvert de sa salive. 

— Je crois que vous m’avez assez mouillé. Il faut essuyer maintenant. Frottez donc ! 

— C’est pour mieux vous faire coulisser, je crains l’échauffement après que vous avez essayé de me vider de mes sucs. Et que vous avez presque réussi. Car, savez-vous, il faut maintenant passer aux soins internes. 

Et elle s’était doucement accroupie sur lui. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s