Faire de l’alpinisme sur son mont de Vénus

Tu es vallées et monts. Non pas crevasses et pics, tu es toute en rondeurs. J’aime à m’y agripper lorsque je t’escalade.

La prise de tes seins m’assure les sommets d’un plaisir sans égal. Et j’aime à suçoter leurs pointes érigées qui m’indiquent la voie vers de plus grands bonheurs.

Je parcours, tout d’abord d’un index fureteur, puis d’une bouche avide le sillon de ton cul. J’en écarte les globes pour me révéler cet étroit précipice où je vais m’enfoncer. Le passage est étroit mais je suis décidé. Je ne veux négliger aucun de tes chemin, surtout les plus secrets. Celui que je désire à cet instant précis doit être humidifié. Car s’il est trop aride on pourrait s’y blesser. Alors, de ma salive et d’une ou deux phalanges, je viens le préparer à mon exploration. Et quand sera venu l’instant le plus propice, je m’y enfoncerai pour mieux te découvrir. 

Je ne m’y perdrai pas. Car reste à parcourir la principale voie. Celle qui, d’un buisson touffu, m’amènera à faire de l’alpinisme sur ton mont de Vénus. Et je ne peux rater cette belle ascension. Elle ressemblera à celle de ton cul. Il y a un sillon, une douce crevasse, mais celle de ton con est sans cesse mouillée. J’en apprécie la pente d’un doigt inquisiteur et puis, sans me presser, tu dois être patiente, je plante mon piolet. 

Cette grimpette ira jusqu’au moment précis où nos corps mélangés s’ébouleront enfin. Quelle belle avalanche. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s