Frissons

Nous nous sommes donné notre premier rendez-vous de bonne heure pour boire un café et il fait encore frais. Malgré cela elle est venue vêtue d’une robe d’été légère qui découvre ses bras et ses jambes bronzés très haut. Elle est solaire ainsi. Je suis immédiatement sous son charme. 

Nous discutons. De tout, de rien. Quand je finis par remarquer la chair de poule qui hérisse sa peau hâlée. Elle doit être gelée me dis-je.

Je lui propose de finir notre conversation à l’intérieur pour qu’elle se réchauffe. Mais elle décline ma proposition 

— Ce n’est pas l’air de ce matin. Mais voix. Ton regard. Ils me réchauffent et, tout à la fois, me donnent le frisson. J’ai peur que, si nous bougeons, ce charme ne soit rompu. Alors restons ici. 

Elle est quand même venue s’asseoir contre moi au bout d’une minute ou deux. Et a appuyé sa tête contre mon épaule. Je n’ai pas osé bouger jusqu’à ce que l’heure sonne de reprendre le cours de nos vies. 

Nous devrions déjeuner ensemble dans quelques jours. Nous irons sûrement plus loin. J’en ai envie et elle m’a fait part de ses regrets d’en être restés là quand je lui ai envoyé un SMS pour la remercier de ce moment. 

Ne reste plus qu’à trouver l’opportunité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s