Le déjeuner

Elle avait insisté pour le rejoindre à sa pause de midi malgré le temps qui leur était compté. Alors il lui avait proposé une terrasse non loin de son lieu de travail. Ils pourraient au moins se voir et parler un peu faute de mieux. 

Elle avait été ponctuelle. Même un peu en avance. Et avait pris l’initiative des commandes, de sorte que les plats étaient déjà sur la table quand il était arrivé. Des salades légères et qui seraient vite consommées. Il l’avait félicitée sur son choix qui leur laisserait sûrement un peu plus de temps pour discuter. 

« Et plus si affinités » avait-elle répondu. Il était perplexe. Que pouvaient-ils faire en si peu de temps ? Dans un lieu public ? 

La réponse était venue quelques minutes après alors qu’elle avait prétexté un besoin urgent pour s’isoler. Une photo de sa main fourrageant dans sa culotté, robe troussée, et un laconique « viens ». 

Il n’avait pas résisté longtemps à la tentation et l’avait rejointe dans les toilettes du restaurant. Elle l’attendait et il avait lu tout le stupre du monde dans ses yeux avant qu’elle ne l’entraîne à sa suite. 

Elle avait rapidement fermé la porte de la cabine avant de s’agenouiller devant lui et d’extraire sa queue de son pantalon. Puis elle l’avait littéralement gobé, jouant de sa langue le long de sa hampe, avant de le faire coulisser entre ses lèvres. Elle voulait visiblement le faire jouir vite et bien. Et savait comment s’y prendre. Il n’avait donc pas été long avant de lui annoncer qu’il allait rendre les armes. Ce qui l’avait faite accélérer jusqu’à ce qu’il explose dans sa bouche.

Elle s’était alors relevée avant de lui rouler une pelle magistrale qui portait ses saveurs. Il avait aimé se goûter ainsi et le lui avait dit. C’était sa façon de lui offrir un dessert avait-elle répondu. 

Il se sentait toutefois coupable d’un plaisir qu’il jugeait un peu égoïste. Elle l’avait rassuré. L’avoir en son pouvoir avait été un moment très excitant. Ce dont elle lui apporta la preuve en guidant sa main vers sa culotte trempée. Et puis la prochaine fois ce serait à lui de lui rendre la pareille. Elle y comptait. Alors il le lui avait promis.

Il était temps qu’ils se séparent. Elle avait déposé un baiser d’oiseau sur le coin de ses lèvres avant de prendre la direction de l’arrêt de métro le plus proche. Il était resté un peu abasourdi par son initiative avant de se diriger vers la caisse. Le repas avait été payé d’avance. Le garçon s’était contenté de lui tendre une carte. Elle y avait noté qu’il avait désormais le choix des armes et qu’elle attendait beaucoup de lui. Elle avait décidément tout prévu. Cela l’avait fait sourire. Il était homme de challenges. Celui ci n’était pas le plus simple mais il relèverait le gant. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s