Marrakech (3)

Finalement elle n’avait pas attendu que le dîner arrive et était montée dans sa chambre. Depuis son balcon elle avait une vue imprenable sur le parc qui jouxtait la piscine.

Et sur le bellâtre, nu comme un ver au milieu d’un bouquet d’arbres qui ne le cachait guère. C’était son châtiment : il devait rester ici, prêt à être surpris par quiconque s’aventurerait dans les parages, en attendant qu’elle vienne le libérer et lui rendre ses vêtements.

Cela avait été finalement assez facile de le contraindre. Il s’était montré très docile à peine avait-elle élevé la voix. À moins que ce ne fût la perspective d’autres jeux qui l’avait décidé à se plier à sa volonté. Quoi qu’il en soit elle trouvait très amusant de le voir essayer vainement de se dissimuler derrière les troncs rachitiques. 

Elle fronça soudainement les sourcils. À la faveur du soir qui tombait décidément bien vite dans ces contrées et de la cloche du dîner qui avait ameuté tous les vacanciers à l’intérieur du restaurant, l’homme avait commencé à battre en retraite en faisant des haltes à tous les buissons du chemin. Non seulement c’était un goujat mais en plus il trichait. Son plaisir venait d’être gâché. 

Elle s’habilla pour descendre prendre son repas, espérant le croiser dans les couloirs et lui faire savoir son mécontentement. 

Elle ne vit personne. 

Il ne perdait rien pour attendre. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s