Trinquer du nombril

Il était arrivé exceptionnellement en avance sur son lieu de travail et en avait profité pour prendre un expresso dans le bar d’en face. Et c’est alors qu’il sirotait tranquillement son café qu’elle avait passé la porte. Presque malgré lui il avait souri. Elle lui avait rendu son sourire et s’était installée au comptoir sur le tabouret à côté de lui.

Et puis ils avaient engagé la conversation. Ils ne s’étaient encore jamais croisés mais travaillaient dans le même immeuble. Ils n’arrivaient juste pas aux mêmes heures. La coïncidence les avait amusés

Sa joie était montée d’un cran quand elle avait posé sa main sur le haut de sa cuisse. Là, si près de son sexe. Il s’était senti gonfler immédiatement et en avait rougi. Elle l’avait regardé d’un air interrogateur avant de commencer à faire glisser ses doigts sur son membre à travers le tissu. Devant tout le monde. il avait eu l’impression que son excitation n’allait pas connaître de limite. Il lui fallait faire quelque chose. Mais quoi ? L’embrasser ? L’entraîner à l’écart ?

Et là toute une série d’images étaient passées devant ses yeux :  

Elle était appuyée sur un lavabo, sa jupe retroussée et elle lui offrait son cul. Ou alors, assis sur la cuvette des WC, elle venait s’empaler sur lui. Ou bien encore, elle était à genoux devant lui dans les toilettes quand une demi-douzaine d’autres clients entraient et venaient l’aider à lui inonder le visage de sperme. Il allait jouir

Et puis, subitement, elle avait regardé sa montre et avait cessé ses caresses avant de se lever, payer les consommations et sortir. Mais juste avant, elle avait fait s’entrechoquer leurs tasses avant de lui remettre sa carte et de lui murmurer quelque chose à l’oreille qui l’avait troublé.

— Tchin ! nous sommes maintenant intimes. Appelez-moi vite, une pause déjeuner un peu prolongée devrait nous permettre de trinquer du nombril à présent.

Il n’avait pas pu résister à la tentation. Et avait envoyé un mail à son patron lui indiquant que, pour raisons personnelles, il devait prendre son après-midi. Avant de réserver une table dans ce restaurant dont il avait occasionnellement fréquenté le coin câlin et de proposer via SMS à son inconnue de l’y accompagner.

Elle avait immédiatement accepté.

Ils sont depuis des adeptes de ce genre d’escapades et même si, parfois, ils se contentent d’une brève étreinte dans les toilettes du lieu où ils se sont rencontrés, le restaurant est devenu leur cantine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s