Jouets

Elle l’a appelé avant qu’il ne sorte du bureau. Et lui a dit que ce ce soir elle voulait être sa chose. Qu’ils joueraient selon ses règles à lui. Alors il lui a demandé de mettre son body en résilles et de l’attendre dans le salon. Il se dépêchait de rentrer. 

Elle s’est exécuté. Se sentant plus nue que nue dans ces mailles. Très vite elle s’est sentie humide entre ses cuisses. Mais elle n’a pas voulu se toucher. Ce serait lui et personne d’autre. Quoi qu’il lui en coûte.

Quand elle a entendu la porte s’ouvrir elle a cru sa délivrance arrivée et une boule de feu à embrasé son ventre. Il devait être excité par sa proposition et ne manquerait pas de la baiser fougueusement. Elle l’espérait. 

Mais il avait d’autres projets.

Il lui a demandé de se mettre à genoux et a tiré de son sac à dos trois petites boîtes.

La première contenait un rosebud de belle taille. Il l’a couvert de gel, l’a présenté à l’orée de son cul et le lui a rempli de cette masse d’acier. C’était lourd. C’était bon.

De la deuxième il a sorti un de ces œufs vibrants que l’on peut piloter à distance. Et l’a inséré dans son vagin. 

Ne restait donc plus que sa bouche pour contenter sa queue. Elle a avalé sa salive. La perspective de le sucer à fond tandis qu’il lui tiendrait les tempes pour lui imprimer son rythme la mettait dans tous ses états. Elle le voulait profond au fond de sa gorge. 

Mais la troisième boîte contenait un bâillon boule qu’il lui a mis avec d’infinies précautions. Plus aucun de ses orifices n’était donc disponible. Que lui voulait-il donc ? 

C’est alors que la première vague de vibrations a irradié dans sa chatte. Elle a très vite compris. Elle ne serait qu’une machine à jouir entre ses mains. Sans la possibilité de crier. Juste de gémir. Elle en a frissonné. 

Il a joué longtemps avec son smartphone tout en se caressant. Elle a inondé le sol du salon. Ils ne se sont pas quittés des yeux durant tout ce temps. Et puis, quand il l’a sentie au bord de la syncope, il s’est levé s’est approché d’elle et lui a inondé le visage et la poitrine. 

Elle était heureuse. Il avait su la surprendre. Une fois de plus. C’est pour ça qu’elle l’aimait tant 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s