Pause déjeuner

Image Yeagov_cat on Flickr

Elle est partie travailler très tôt ce matin. Quant à lui, en home office, il a pris le temps de traîner un peu au lit. Sa matinée se passe bien mais il se sent un peu coupable de ne pas s’être levé et l’avoir accompagnée dans ses préparatifs. Alors il a une idée : sans rendez-vous jusqu’au milieu de l’après-midi, il lui envoie un message afin de savoir ce dont elle a envie pour déjeuner et lui propose de la rejoindre. Ses bureaux sont à une vingtaine de minutes en métro de chez eux, ils auront le loisir de passer un peu de temps ensemble avant de reprendre leurs activités.

L’offre n’est pas immédiatement acceptée. Elle doit être en réunion. Il reçoit finalement un laconique “OK”, tout juste accompagné d’un émoji baiser. Il n’insite pas, il la sait très occupée en cette période de bouclage de budget et, de toute façon, entre ce qu’il a à faire professionnellement et les préparatifs du sac à dos, il n’a pas beaucoup de temps non plus.

Midi moins dix. Il se met en route et la prévient qu’il sera là aux environs de douze heures quinze. Elle semble s’être radoucie car elle lui envoie un “Chic ! A tout de suite !” plein de petits coeurs. Il en est ravi.

Pas d’interférence sur le réseau ferroviaire, il arrive à l’heure dite. Elle l’attend déjà en haut des marches. Les masques se baissent et ils échangent un baiser passionné.

    — On va au parc à côté ? Il fait beau et ce serait dommage de ne pas en profiter.

Il acquiesce et ils parcourent la centaine de mêtres qui les sépare de l’espace vert. Il y a un banc au soleil. Il s’y installent et déballent les provisions. Les masques sont complètement enlevés pour le repas et, entre deux bouchées, ils se picorent les lèvres.

Elle est très belle dans sa tenue de working girl. Elle a mis cette nouvelle jupe qui l’a mis dans tous ses états quand elle l’a essayée et choisie. Cela et la chaleur qui les caresse, il se sent subitement un peu égrillard et entreprend de glisser sa main sous le tissu. Elle ne dit rien mais ses yeux se mettent à briller d’une lueur de défi. Ainsi encouragé, il remonte.

Surprise ! il sent une couture à mi-cuisse. Elle a donc mis des bas et pas des collants.

    — Wahou Chérie !

Les doigts explorateurs continuent leur périple. Et découvrent les attaches d’un porte-jarretelles. Il manque un temps d’hésitation : il ne lui connaissait pas cet accessoire. Et porté au bureau de surcroît. Mais le sourire qu’elle lui adresse le désarme et il continue sa caresse.

Pas de culotte. Elle a décidément eu une drôle de façon de s’habiller ce matin. Il pourrait en être furieux, il n’en est que plus excité, d’autant plus qu’il ressent à présent la chaleur de son sexe.

    — Je veux tes doigts.

Ils sont dans un espace écouvert mais peu importe. Il va lui donner ce qu’elle attend. Ce qui le fait tout de même tiquer c’est qu’elle n’est pas que trempée. C’est un peu plus poisseux que cela devrait être. Il retire sa main et porte son index et son majeur à sa bouche. C’est bien du foutre qui dégouline d’elle. Une intense chaleur monte à ses joues alors qu’elle le fixe d’un air gourmand.

    — Je voulais te faire la surprise pour ce soir. Tu l’as juste plus tôt. Mais la journée n’est pas finie.

Il l’aime.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s