Métro Dodo

Il n’a pas fait tout de suite attention quand elle lui a tenu le portillon du métro, se contentant d’un vague sourire pour la remercier. Un geste gentil, ça reste rare mais on est tellement anonyme dans ces mégalopoles. 

Là où il a commencé à se poser des questions, c’est quand elle est venue s’asseoir en face de lui et s’est mise à le dévisager avec insistance. Elle n’avait pourtant pas l’air d’une folle. Mais, franchement, que pouvait-elle lui trouver ? Il a vraisemblablement plus du double de son âge et ne voit pas en quoi il pourrait passionner une nymphette. 

Elle s’est levée pour descendre au même arrêt que lui et lui a emboîté le pas jusqu’à son porche. Sauf qu’elle l’a devancé pour taper le code sur le clavier, pousser la porte et s’effacer pour le laisser entrer. Même manège avant de prendre l’ascenseur. Et elle a tapé sur son étage au moment d’entrer dans la cabine. 

Trop de coïncidences pour que ce soit honnête. Il allait lui poser la question quand elle a passé ses bras autour de son cou pour l’embrasser fougueusement.

Pris par une sorte de sidération, il s’est laissé faire quand elle a fait glisser la pointe de sa langue du lobe de son oreille à la base de son cou. Il n’a pas plus réagi quand elle a glissé ses mains sous son pull pour s’emparer de ses tétons. 

Il était rouge et bandant quand l’ascenseur est arrivé à destination. On aurait pu les surprendre. Il n’y avait personne sur le palier quand elle lui a pris la main et l’a attiré jusqu’à une porte qu’elle a ouverte en un tour de main avant de le pousser dans un canapé moelleux.

Sans dire un mot, elle s’est mise nue et il a pu admirer l’arrogance de son corps mince et juvénile. Lui qui n’en est pas friand habituellement, ne pouvait que mesurer l’effet qu’elle lui faisait à l’aune de la raideur de son sexe comprimé dans son pantalon. Dont elle l’a vite extrait avant de s’agenouiller devant lui et de le prendre en bouche avec un savoir faire peu en rapport avec son âge. 

Il n’était toujours pas sorti de sa stupéfaction quand, après l’avoir couvert d’un préservatif, elle est venue s’empaler sur lui pour littéralement se baiser sur sa queue jusqu’à ce qu’ils crient tous les deux leur plaisir.

Et puis elle a parlé.

  • Je te voulais depuis si longtemps. Tu vas partir dans pas longtemps et il ne fallait pas que je rate cette occasion. Alors je t’ai suivi toute la journée. Quand je pense que je t’ai localisé très vite comme voisin sur les réseaux sociaux mais qu’il m’a fallu tout ce temps pour te coincer. Et tu es à la hauteur de ce que je lisais de toi sur tes posts. Tu restes ce soir ? Il me reste des choses à vérifier. 

Il était ébahi. Mais flatté. Et la proposition, pour indécente qu’elle pouvait être, n’en était pas moins séduisante. Alors il a souri et a fini de se mettre à l’aise. Sa dernière soirée commençait bien. 

Une réflexion sur “Métro Dodo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s