Ouvrir la porte

Nous arrivons devant la porte de mon garage et je dois, à regrets, abandonner la douce moiteur de son entrejambe pour aller ouvrir. 

Elle me retient par le bras au moment où je vais sortir de la voiture. 

  • Donne-moi tes clés, je m’en occupe. 

Elle ne me laisse pas le loisir de répondre et les cueille dans le vide-poches.

Comme dans un rêve, je la vois se pencher vers la serrure et m’offrir le spectacle de la brise du soir qui joue avec le tissu léger de sa robe.

Une risée la trousse jusqu’à la taille. Elle semble s’en moquer. 

2 réflexions sur “Ouvrir la porte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s