Carnet de voyage (31)

Je dois avoir l’air passablement ahuri car elle lève sa main vers ma joue et la tapote doucement. 

  • Hé ! Je n’ai pas parlé mariage, hein ? Mais je pense que nous pouvons être de bons camarades de jeu. Qu’en dis-tu ? 

Cette perspective me fait sourire. 

  • OK mais pas tout de suite, je dois me remettre. 
  • Et nous avons un peu de route, on y va ?

Elle ne prend pas la peine de se rhabiller ni même de s’essuyer avant de remonter en voiture. Un peu ébahi, je la rejoins et mets le contact. 

Une formidable odeur de stupre règne dans l’habitacle.

(image Cyril P Photo / Flickr)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s