La piscine

Je paie de lourdes charges pour ça mais, lorsque vient l’été, elles prennent tout leur sens. Il y a une piscine dans ma résidence et il est agréable d’aller y piquer une tête lorsqu’il fait chaud comme maintenant. Enfin, je ne suis pas dingue comme la plupart de mes voisins qui y passent leur après-midi et préfère y aller alors que le soleil se couche ou très tôt, comme ce matin. J’ai passé une mauvaise nuit et le soleil n’est pas encore levé quand je décide de renoncer à courir après un sommeil qui m’a fui et d’aller faire quelques brasses. 

C’est la canicule et la fraîcheur de l’air est toute relative. Celle de l’eau est en revanche bien agréable et je passe un très bon moment dans l’eau à faire des longueurs dans le bassin jusqu’au moment où quelqu’un vient troubler ma quiétude. Je fais une traversée sous l’eau et n’entrevois d’abord qu’une silhouette sur le bord qui s’avère être une femme aux cheveux courts et bruns et à l’âge indéfinissable. 

Ce n’est pourtant pas le fait d’être incapable de déterminer s’il s’agit d’une jeune femme ou d’une personne plus mûre qui me trouble le plus. C’est plutôt le fait que son maillot deux pièces ultra minimaliste ne cache rien ou presque des imposants bijoux de corps qu’elle porte. J’ai certes déjà vu des photos sur le net mais me retrouver ainsi confronté d’aussi près à de tels piercings, tant aux tétons qu’au sexe, à quelque chose de terriblement troublant et je ne peux pas en détacher mon regard jusqu’à ce qu’elle plonge,et même une fois qu’elle est dans l’eau. 

  • Vous avez peur que je coule avec tant d’acier sur moi ? Ne faites pas l’innocent, j’ai très bien vu comment vous me matiez ! 
  • Pardonnez-moi, je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise. 
  • Ce n’est pas le cas, je suis habituée au fait que les regards s’attardent sur moi et j’en tire un certain plaisir lorsqu’ils sont respectueux comme le vôtre. Vous comprendrez toutefois que j’essaie d’éviter les heures d’affluence pour me baigner. 
  • Je l’entends bien. Mais je ne vous ai jamais vue auparavant. 
  • Je passe juste quelques jours ici. Attendez ! 

Le bracelet qu’elle a au poignet droit vient de vibrer. Elle y porte un regard inquiet et, lorsqu’elle se tourne à nouveau vers moi, son visage a changé. 

  • Prenez-moi ! Ici ! S’il vous plaît !

Je reste quelques secondes les bras ballants, abasourdi par cette proposition tout aussi indécente qu’inattendue, qu’elle met à profit pour retirer son maillot et me présenter ses fesses à quatre pattes. Le jour se lève à peine et le métal qui orne ses lèvres luit doucement. 

  • Faites vite ! Je vous en prie ! 

La situation est complètement dingue. Je n’en aventure pas moindre deux doigts sur son abricot, qui s’y enfoncent doucement tant elle est moelleuse. Je la branle un peu. Elle est brûlante et détrempée, ce qui me fait immédiatement bander.

  • Défoncez-moi ! 

C’est plus une supplique qu’une injonction et je ne peux pas y résister. Je viens me présenter derrière elle, la saisit aux hanches et m’enfonce d’une poussée puissante et rectiligne avant de commencer à la besogner. Elle n’a pas la moindre réaction et aucun son ne sort de sa bouche. Elle encaisse mes coups de queue comme une poupée de chiffon. C’est troublant, tout comme le fait de sentir mes couilles taper contre ses énormes anneaux lorsque je suis en elle jusqu’à la garde. 

Il ne me faut que quelques minutes pour arriver au bord de l’orgasme. Comme je ne sais pas si je peux jouir en elle, je préfère l’en avertir. Elle m’éjecte aussitôt, se place en face de moi et m’offre ses seins. 

  • Arrosez-moi ! 

Je m’exécute et jouis à long jets sur sa poitrine dont elle tord les pointes, ses doigts passés dans ses piercings. Une nouvelle vibration arrive à son poignet. Elle consulte son bracelet et tourne un regard ravi dans ma direction. 

  • Je vous remercie, adieu ! 

Je n’ai pas le temps de répondre. Elle ramasse ses affaires et disparaît rapidement, toujours nue et couverte de foutre. C’est alors que je remarque un homme sur un balcon qui n’a sans doute rien manqué de la scène. Il m’adresse un signe de la main, son index refermé sur son pouce et les autres doigts relevés, en guise de remerciement. 

Je comprends qu’il ne s’agit pas d’un simple voyeur lorsque je vois mon inconnue le rejoindre sur la terrasse. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s