Performance

Le performer arriva sur la scène, précédé de roulements de tambour et nous présenta un godemiché hors normes : 

  • Oyez oyez braves gens ! Avec l’aide de mon assistante préférée, Ursula ici présente, je vais me prendre cet énorme jouet dans le baba.

Le public manifesta sa surprise comme un seul homme :

  • Vraiment ? 
  • Oui et merci d’avance d’attendre avant d’applaudir que le tour soit fini. Les dimensions de l’objet, que je vais faire pénétrer bien profond dans mon cul, nécessitent une grande concentration.

Je me hasardai à une question :

  • Et du désir aussi, non ?
  • J’ai la chance de vivre de ma passion.

Bleus et bosses

Mots contraints : Arc-en-ciel, vapeur, respiration, canne, souterrain, bain, velours, glisser, héros. 

Cela ne fait pas longtemps que je suis là et j’ai déjà des vapeurs. Quelques coups de canne bien administrés ont suffi à me mettre dans le bain et, tandis que ma respiration se fait plus profonde, je me sens tout doucement glisser dans le subspace.

Je sais pourtant que la soirée ne fait que commencer, que j’en suis le héros et qu’il me reste beaucoup de choses à vivre dans ce donjon souterrain tendu de velours rouge.

Mon cul aura certainement toutes les nuances de l’arc-en-ciel ces prochains jours mais ce sera hélas une fierté qu’il me faudra cacher.

Les oulimots des copines et des copains

Sensuel Golgotha

Elle a marqué ma peau et piétiné mon corps. Elle a fait tant d’autres choses avec moi, mais je sais que le meilleur reste à venir. 

Bientôt, seulement vêtu d’un masque et d’une couronne de fils de fer barbelés, je servirai de plan cul à toutes les personnes présentes dans le club dans lequel elle va m’amener. 

Je n’ai pas peur, je ne suis pas en sucre après tout, et je suis même excité par l’hystérie dans laquelle risque de verser cette foule quand elle saura qu’elle peut tout faire de moi. 

Je veux qu’elle soit fière de m’avoir offert.

Les oulimots des copines et des copains.

La complainte de l’amant éconduit

Mots contraints : Muscle, peur, doute, preuve, vivant, gentil, cruel, poignard, mentir. 

Sans vouloir vous mentir belle Dame, lorsque je vous regarde je sens le poignard du désir me fouiller les reins et il serait cruel de votre part de me laisser ainsi. Montrez-vous donc un peu gentille avec moi, je vous assure que je n’aurai pas assez de mon vivant pour vous le rendre au centuple

Vous en voulez une preuve ? Auriez-vous donc le moindre doute quant à ma sincérité ? N’ayez pas peur, le plus intime de mes muscles est à votre unique disposition et restera sagement à sa place tant que vous ne le solliciterez pas. Le voudrez-vous belle Dame ? 

Les oulimots des copines et des copains

Sens dessus dessous

Je ne sais pas ce qui m’a pris d’accepter mais les faits sont là : me voilà en train de me balader en ville avec un de ses strings comme dessous et j’ai l’impression que tous les passants le savent. 

Je lui rends compte de mes sensations par messagerie au fur et à mesure de mes pérégrinations. Comment mon sexe s’échappe sur le côté de la dentelle, comment le tissu me fend la raie.

Mon chéri. J’ai envie que tu ailles essayer un pantalon. Et que tu me fasses des photos.

C’est dit. J’ai peur mais je ne me défilerai pas. 

Sur le vif

Une envie pressante. Je quitte la table sous les moqueries de mes copains

  • attention aux mauvaises rencontres ! 

J’ai fini de me soulager lorsque la porte s’ouvre derrière moi.

  • Oh pardon ! 

Une voix féminine. Je me tourne, par réflexe 

  • Je ne regrette pas mon intrusion, finalement, quel bel oiseau ! Je peux ?

Elle attrape mon sexe et le caresse lentement. 

  • Il est doux. Dommage que je n’aie pas le temps de vérifier si le ramage vaut le plumage. Partie remise ? Filez maintenant !

Je me rajuste et rejoins mes amis, hébété. Ils ne me croiront jamais. Je sens un bristol dans ma poche. 

Initiation

Mots contraints : Danser, nuage, rêve, meilleur, courage, fossette, sourd, doigt, finir

Nous sommes nus sur le lit, tes doigts dansent sur les fossettes que j’ai au creux des reins et je suis sur mon petit nuage. J’ai enfin eu le courage de te proposer de jouer avec moi et j’ai pu constater avec plaisir que ce n’était pas tombé dans l’oreille d’un sourd.

Je sais que ce n’est que le début, que le meilleur reste à venir et j’attends le moment où tu vas me saisir fermement par les hanches et me faire connaître ce dont je rêve depuis des années.

Je suis heureux que cela finisse par arriver avec toi.

Les oulimots des copines et des copains.

Au revoir

Nous restons un interminable instant les yeux dans les yeux avant qu’elle ne me lâche. 

  • Vous avez l’air pressé. C’est une femme ? Bienheureuse soit-elle et tant pis pour moi. 

Je tourne les talons. Elle me donne une petite tape sur les fesses, comme pour me donner l’élan de sortir de la rame. 

  • Allez, filez ! Ne la faites pas attendre plus longtemps ! Mais, je vous le jure, je ne vous laisserai pas repartir aussi facilement si nos chemins venaient à se croiser à nouveau.

J’ai à peine le temps de sauter sur le quai avant que les portes ne se referment. 

Trajet

Je ne suis qu’à quelques stations de métro de la brasserie où elle a ses habitudes mais le temps du trajet me semble infini. Il dure en tout cas suffisamment longtemps pour que je me perde dans le jeu de  jambes croisé décroisé de la jeune femme assise en face de moi qui, en outre, me gratifie d’un sourire carnassier tandis qu’elle me donne à voir la jarretière de ses bas. 

Tout à ce spectacle, je ne me rends compte du fait que j’ai loupé mon arrêt que lorsque j’entends l’annonce du suivant. Je me lève. Elle prend ma main 

Réflexion

Je suis dans mon bureau à me demander ce qui se passe lorsque mon téléphone me rappelle que je dois aller faire la surprise d’un déjeuner à ma chérie. Cela me rassure presque car je sais qu’avec elle je suis en terrain connu. Presque car je pense aussitôt à ce pourquoi je vais la rejoindre : je veux voir celui avec qui elle flirte gentiment et, s’il me plaît, leur proposer ni plus ni moins que de partir jouer en des lieux plus intimes et me laisser imaginer leurs étreintes.

Je suis tiraillé entre appréhension et excitation en quittant le bâtiment.

(image Amr Omar, Flickr)