Lettre 17

Lettre 16

Ma Chère Amie,

Je prends acte de votre désir de me savoir occupé et suis allé consulter le lien que vous m’avez donné. 

Quelle bonne surprise ! Je n’avais encore jamais porté d’acier et, si la photo est contractuelle, vous avez misé juste dans la mesure où le bleu est une couleur que j’adore et le saphir ma pierre préférée.

Je me suis donc empressé de passer commande et espère maintenant l’avoir au plus vite.

Je suis heureux que vous ayez pensé à moi de la sorte et j’ai hâte, si c’est votre volonté, de vous le montrer porté.

Votre Dévoué.

Lettre 18

Lettre 16

Lettre 15

Ma Chère Amie,

Votre silence me laisse à penser que vous tramez quelque chose.

A quelle nouvelle surprise dois-je m’attendre ces prochains temps ? Quelle nouvelle découverte allez-Vous me faire faire ?

Celle de la semaine dernière fut pour moi une révélation. Je tiens à Vous en remercier chaleureusement et Vous assure que j’en respecterai les règles tant que Vous le désirerez.

Toutefois je pense que Vous ne Vous en tiendrez pas là et suis curieux de savoir où Vous m’emmènerez.

Mais j’ai une grande confiance en Votre imagination et me tiens à Votre disposition pour en exécuter les trouvailles.

Votre Dévoué.

Lettre 17

Troublante Excitation

img_20200330_1244294112310799291302779.jpg

 

J’ai lu ces derniers jours troublante excitation d’Ève de Candaulie et un adjectif m’est immédiatement venu à l’esprit en refermant le livre : rafraîchissant.

En effet Ève nous y décrit une partie de sa vie horizontale avec un extraordinaire naturel et rien n’a l’air compliqué dans les actes qu’elle nous narre. Bien au contraire. Ce qui pourrait paraître extraordinaire au commun des mortels semble presque couler de source sous sa plume.

Certainement parce que ce qu’elle nous décrit a été commis entre personnes respectueuses et intelligentes et raconté d’une façon qui ne l’est pas moins. Nous sommes loin ici d’un phénomène de consommation et il y a de l’amour dans ce livre.

Et si c’était ça la clé ? Elle l’est pour moi en tout cas.

Je ne vous raconterai pas le contenu par le détail : c’est à vous de le découvrir. Mais, je ne le vous cache pas, j’ai volontairement ralenti ma lecture. Pour profiter de chaque moment. Comme on déguste une friandise.

Bref, ce livre est un vrai bonbon. À savourer sans modération mais avec un réel plaisir.

Il est disponible auprès des éditions Tabou

http://www.tabou-editions.com/jardins-de-priape/685-troublante-excitation-9782363260758.html

Et sur toutes les plates-formes.

Lettre 15

Lettre 14

Ma chère amie,

Votre dernier message est arrivé dimanche sur ma messagerie. A la différence des précédents il ne possède aucun contenu érotique. Aucune image, aucun son et seulement quelques mots. Mais ils ont eu sur moi l’effet d’une décharge électrique et l’adrénaline a envahi mon corps.

Vous acceptiez enfin que je me libère. C’était dimanche avez-vous dit. Ajoutant que, désormais, je n’aurais le droit de me soulager que ce jour là. En ajoutant des contraintes d’heure d’action et de délai imparti.

Je me suis empressé d’y répondre immédiatement, ce qui m’a procuré une jouissance sans égale.

Merci.

Votre Dévoué.

Lettre 16

Lettre 14

Lettre 13

Ma Chère Amie 

À la lecture de votre dernier message, il apparaît que vous avez décidé de ne me laisser aucun répit en me maintenant dans un état de tension sexuelle intense, sans toutefois me donner l’occasion explicite de l’assouvir. 

Je découvre à cette occasion ce que peut être la frustration sur ordre, même si elle est plus basée sur ce que je m’interdis faute de contre indication de votre part que sur un impératif. 

Je souffre de ne pouvoir jouir et, parallèlement, je me sens extrêmement fier de cette chasteté que je m’inflige de par votre silence. 

Votre Dévoué.

Lettre 15

Dégivrer le congélo

— Chéri ? Tu peux aller voir la voisine ? Je crois qu’elle a un problème avec son congélateur.

— Que veux-tu que j’y fasse ? Je ne suis pas frigoriste, tu sais ? 

— Va voir au moins. Entre voisins on peut s’entraider, non ? 

Je ne suis absolument pas bricoleur mais toujours prêt à rendre service. Alors j’avais pris mes outils et étais allé sonner en face. 

La voisine m’ouvrit uniquement vêtue d’un petit déshabillé et me poussa vers la cuisine. 

— C’est par là que ça se passe. 

Je m’agenouillai devant le fautif dont les parois étaient couvertes de glace 

— C’est ça qui l’empêche de fonctionner correctement. Il faut le vider et… 

Je n’eus pas le temps d’en dire plus : la voisine venait de plaquer son pubis contre ma bouche, me réduisant ainsi au silence jusqu’à ce qu’elle jouisse. 

Puis elle remplit une bassine d’eau chaude et la glissa dans l’appareil vide avec le plus grand naturel avant de me raccompagner à la porte. 

Je rentrai chez moi un peu estomaqué. Ma femme m’attendait. 

— La voisine est ravie de ton intervention. Je suis fier de toi mon chéri. Tu retourneras lui dégivrer le congélo dès que ce sera nécessaire. Il faut entretenir ces bonnes relations. 

Lettre 13

Lettre 12

Ma Chère Amie,

Je constate avec un plaisir non dissimulé à quel point vous savez me maintenir sur le grill.

Car si vous ne m’avez pas répondu à la question de mes orgasmes, vous avez su, depuis, faire monter la température de nos échanges d’un certain nombre de degrés.

Chaque nouvel envoi me conduit un peu plus près de la reddition de mes sens. Chacun des messages que vous m’envoyez me semble une nouvelle épreuve de l’adoration que je vous porte par la résistance que j’oppose à la moindre perte de foutre.

Dois-je vous avouer que j’adore ça ?

Votre Dévoué.

Lettre 14

Lettre 12

Lettre 11

Ma Chère Amie,

Je Vous avoue ici ne pas pu avoir résisté à la tentation. Vous étiez tellement suggestive lors de Votre dernier message, la caresse de Vos mots tellement douce à mes oreilles, que je n’ai pu faire autrement que d’y ajouter celle de mes doigts.

Vous m’avez ainsi amené jusqu’aux portes du plaisir.

Et c’est alors que je me suis ravisé. Etait-ce réellement cela que Vous attendiez de moi ? Une éjaculation solitaire en guise d’hommage ? J’ai alors cessé, et ce, malgré ma frustration. Mais je préfère attendre.

J’espère, ce faisant, avoir eu raison. Me le confirmerez-Vous ?

Votre dévoué.

Lettre 13

Abandon

Rougissez moi le cul, du fouet ou de la main

Je ne crains pas vos coups et même les espère

En un mot comme en cent vous êtes mon repère

Au sein de l’univers que nous promet demain. 

****

Je vous sais décidée, sans aucun baratin 

Et sachant tour à tour être douce ou sévère 

Jouissez donc de mon corps de toutes les manières. 

Vous m’avez capturé je suis votre butin

****

Je saurai me plier à chacun de vos vœux

Participer également au moindre jeu 

Auquel je serai convié. J’ai confiance en vous 

****

Soyez soft ou bien hard. Ça n’a pas d’importance 

À partir du moment où j’entre dans vos danses 

Faites selon vos souhaits. Je suis à vos genoux

Evasion

screenshot_20200326_154916_com4196728221940556941.jpeg

 

Mots contraints : Aube, émoi, fleuve, baisers, vertige, machine, sommeil, livre, église.

 

L’aube venait de poindre. Il était sur la route depuis un moment déjà, sans destination précise. Il fuyait c’était tout. Et la soudaineté de sa décision lui donnait le vertige.

Il avait vécu si longtemps comme une machine, faisant ce qu’on lui demandait sans réfléchir. Il était un bon père de famille, un voisin parfait, un employé modèle et allait à l’église tous les dimanche. Et là, en émergeant en pleine nuit d’un mauvais sommeil empli de cauchemars, il avait décidé de tout plaquer.

Il savait que son entourage serait en émoi devant sa disparition, eux qui pensaient lire en lui comme dans un livre. Il s’en moquait. Ne comptait plus que la distance qu’il mettait avec cette vie à laquelle il venait de mettre un terme.

Un fleuve d’émotions le traversait. Il se sentait lavé de toute les scories de son passé. Il était un homme neuf. Enfin heureux.

À travers le pare-brise il envoyait des baisers muets à cet univers nouveau qui s’ouvrait à lui.

Le monde lui appartenait.