Gare à elle

Mots contraints : Trop, enfer, sensation, lumière, perdre, attente, loin, douceur,  variation. 

Cette fois c’en est trop ! Je vis un enfer depuis que je l’ai croisée et j’ai la sensation que je n’ai plus la lumière à tous les étages. Bref, je suis en train de perdre la boule. 

Pour quelle raison ? Cela fait une semaine que je vis dans l’attente d’un mot ou d’un geste de sa part, sept longs jours loin d’elle sans qu’elle ne daigne se manifester. 

Je l’avoue, sa douceur me manque. Mais pas que. Les attentions un peu plus piquantes qu’elle pouvait avoir à mon égard également car jamais je n’avais connu tant de variation que quand elle joue avec mon cul. 

Elle me manque mais il ne faut pas pousser. Je suis à deux doigts de me jeter à d’autres pieds.

Les oulimots des copines et des copains

Sortir, quand même…

Mots contraints : Sécurité, aujourd’hui, jouer, graine, gratter, tien, question, spirale, sombre. 

Aujourd’hui j’ai envie de jouer. Les graines du désir ont germé dans mon cœur et il est hors de question que je sombre dans une spirale de peur. Alors, même si je respecte les règles de sécurité les plus élémentaires, vous pouvez vous gratter pour que je reste chez moi.

Je t’ai appelée avant de sortir de mon appartement. Je sais que vas quitter le tien et que nous allons nous retrouver là où tous les plaisirs, à deux ou plus, sont possibles. 

J’ai hâte de pouvoir, en ta compagnie, profiter de cette parenthèse dans une vie devenue bien morne.

Les oulimots des copines et des copains.

(image liesel licht / Flickr)

Augmentation du plaisir

Mots contraints : Augmentation, déni, balle, biscuit, dionysiaque, chienne, maniaque, étude, fantaisie.

Je n’avais pas voulu vivre dans le déni et m’endetter alors l’augmentation du coût de la vie m’avait contraint à choisir un lieu de villégiature bien moins exotique qu’à l’accoutumée. 

Je débarquai donc dans une ferme, bien décidé à me reposer au grand air de la campagne, mais surtout à être tranquille pour profiter d’un peu de déconnexion par rapport à ma vie citadine. 

Las. La maîtresse des lieux se montra d’une curiosité presque maniaque et me bombarda d’ une foule de questions qui virèrent vite à l’intime. J’étais gêné : j’avais l’impression d’être un sujet d’étude mais n’osais pas le faire remarquer à mon hôtesse qui, tout bien considéré, était plutôt agréable à regarder. 

Elle finit par prendre congé et je gagnai ma chambré, passablement troublé par cet interrogatoire qu’elle avait conclu ces mots des plus équivoques. « Je vous ai probablement saoulé mais les jolis garçons ne courent pas les chemins par ici. Mais, comme je ne suis pas chienne, je vous propose de vous faire découvrir le coin demain. Dormez bien, vous devrez être en forme pour la balade. »

Mon sommeil fut peuplé de rêves tous plus dionysiaques les uns que les autres mais j’en émergeai en plein forme et bien décidé à montrer ce dont j’étais capable à cette femme. 

Avant que nous ne partions, elle glissa une grande boîte à biscuits dans mon sac à dos et, devant ma surprise par rapport à son poids, elle posa son index sur mes lèvres en me disant que c’était une surprise, que j’en découvrirais bien assez tôt la teneur et, surtout que j’en serais ravi. Je la suivis donc sans mot dire. Je n’en étais plus à une fantaisie près avec elle.

Nous marchions depuis deux bonnes heures lorsqu’elle décida qu’une pause serait la bienvenue. Je ne pus qu’acquiescer. Elle avançait d’un bon pas et je ne devais qu’à la contemplation de son fessier qui roulait devant moi de ne m’être pas plaint du train d’enfer qu’elle menait.

Il y avait un champ fraîchement moissonné à côté. Elle proposa que nous nous y repososions . Elle était très proche de moi et j’étais à deux doigts de lui sauter dessus quand, subitement sévère, elle m’ordonna presque de tirer de mon sac sa mystérieuse cargaison. Je m’exécutai, un peu éberlué, et découvris un harnais de cuir en ouvrant le couvercle. Elle me demanda de le lui passer tandis que, de son côté, elle sortait un bien joli jouet de son sac 

Je compris tout à coup où elle avait voulu en venir la veille en me demandant ce que je pensais de la sodomie et c’est avec joie que je m’appuyai sur une balle de foin en me félicitant d’avoir eu la fantaisie de me vanter du fait que j’aimais tout autant recevoir que donner.

Les oulimots des copines et des copains

La clé du plaisir

Mots contraints : Irréel, oublier, naturel, croyant, neige, réglage,  voisin, clé,  seigneur

Mon voisin est venu sonner à ma porte : il ne retrouve plus la clé de son appartement. C’est un mec sympa et plutôt mignon avec ses cheveux de neige, et c’est lui qui a fait les réglages de ma box quand j’ai débarqué dans ce logement. Alors je lui offre volontiers l’hospitalité en attendant qu’il puisse être dépanné.

C’est un fervent croyant alors, par respect, je ne lui ai jamais rien proposé. Mais, ce soir, mon naturel séducteur revient au galop et je crois que je vais oublier mes principes. Je commence par lui proposer un verre, ce qu’il accepte, pour se remettre de sa contrariété dit-il. Je lui réponds que j’ai tout plein d’autres moyens. Et là, il se tait, et me regarde. Pas choqué non, il y a un désir animal dans ses prunelles. La religion est loin maintenant. 

Je m’assois à côté de lui, très près, et pose sa main sur sa cuisse. Il me bascule alors sur le canapé et sa langue vient fouiller ma bouche Je sens l’énorme bosse qui déforme désormais son pantalon se presser contre mon ventre. Seigneur ! Il est monté comme un cheval. Je lui demande de me la montrer. Il se place debout devant moi et sort de son pantalon un engin presque irréel tant il est long et épais. 

  • Voilà mon bâton de pèlerin. J’en ai fait des conversions avec ça. Tu vas aimer j’en suis sûr.
  • Je ne demande pas moins que d’être oint par un tel goupillon. 

Il rit et le présente à mes lèvres. La soirée ne fait que commencer mais je crois que je vais aimer entrer en sainteté.

Les oulimots des copines et des copains

Ebony and ivory

Image Gurney Bracken / Flickr

Mots contraints : amplitude, décrépitude, sonorité, ubiquité, pourpre, fumeux, clameur, rumeur, ivoire.

Lorsqu’il m’a parlé de l’harmonie entre ivoire et ébène, j’ai cru qu’il allait me jouer une sérénade au piano et je n’ai pas voulu écouter la rumeur qui disait qu’il était un drôle d’oiseau. Et puis il m’avait juré que ce serait cool, que je serai au centre de son attention 

C’est quand j’ai été accueillie par une clameur joyeuse, à peine, la porte de son loft franchie que j’ai compris que son argumentaire était fumeux et le pourpre m’est monté aux joues. Il faudrait que je possède le don d’ubiquité pour contenter tous ces mâles à la peau chocolat. 

Le tête à tête qu’il m’avait promis avait en fait des sonorités de gang bang interracial et annonçait la décrépitude de ma foi en mon prochain. Il ne me restait plus qu’à espérer que l’amplitude des mouvements de ces messieurs m’amène au moins un peu de plaisir

Les oulimots des copines et des copains

Mysticisme

Mots contraints : abandon, autrefois, centre, chapelle, courage, historique, humanitaire, œuvre, recherche

« Mon cul est une chapelle. Ces messieurs sont venus s’y recueillir. Mais toi, auras tu le courage de le profaner ? » 

Au centre d’un cercle d’hommes agitant lourdement leurs sexes, elle me défiait sans la moindre pudeur. 

J’aurais hésité autrefois. Mais le moment était historique : cette saillie allait être mon chef d’œuvre, l’aboutissement d’une longue recherche du plaisir ultime, et l’abandon qu’elle me faisait de son corps, même s’il n’avait rien d’humanitaire, en était la récompense.

Le temps était venu d’accomplir mon destin.

Les oulimots des copines et des copains.

Revanche

Mots contraints : Crypte, marionnette, jouer, plongeur, servitude, vorace, plan, critique, pique.

J’avais osé émettre l’hypothèse qu’il y en avait d’autres qu’elle : fatale erreur. Sa position ne pouvait souffrir la moindre critique et je le découvrais à mes dépens. Elle m’avait convoqué en ce lieu dédié à l’amour qui pique et le cerbère de céans, sans doute au fait de ma venue m’avait immédiatement conduit dans une pièce dont la décoration avait tout d’une crypte.

Je me retrouvai donc dans les ténèbres, suspendu à des chaînes comme une marionnette à ses fils, sans savoir ce qui allait advenir de moi. J’y passai des heures dont je perdis rapidement le compte et l’angoisse commença à monter en moi J’avais beau avoir connu l’entraînement d’un plongeur de combat, je n’étais plus prêt à subir un tel stress. Vous comprendrez donc que lorsqu’elle ouvrit la porte, éclairée par la maigre flamme d’une bougie, j’étais décidé à tout accepter d’elle pourvu qu’elle me libère. Elle donna du mou à mes liens et, toujours entravé, je me retrouvai à genoux devant elle avant qu’elle ne me pousse à terre d’un coup de pied bien placé entre les omoplates. Je ne dus qu’à la longueur parfaitement calculée de mes attaches de ne pas m’exploser la face sur le béton glacial du sol.

J’en étais quitte pour une belle frayeur mais je n’étais pas au bout de mes peines. Elle commença par me piétiner de ses talons, sans doute pour attendrir mes chairs, puis, je reçus la cire de sa bougie qu’elle finit par racler avec une lame bien affûtée dont je craignis qu’elle ne me coupe. Elle me fit ensuite me relever et asséna quelques coups bien sentis sur mes fesses. J’avais la sensation d’être à vif lorsqu’elle s’arrêta.

— Alors ? Tu veux toujours jouer ailleurs ?

Je l’assurai que non. Contente de ma servitude retrouvée, elle déposa un baiser vorace sur mes lèvres. Son plan avait parfaitement fonctionné.

L’opportuniste

Mots contraints : Loi, sauter, ange, parmi, vendre, réunion, mère, bête, folie. 

 Parmi tous ses vœux, j’ai décidé d’exaucer celui d’un voyage à l’île de la Réunion. C’est peut-être une folie mais je ne suis pas bête. Lui vendre ainsi du rêve me fera passer pour un ange et je pourrai ainsi plus facilement la sauter. 

Je suis assurément dénué de tout scrupules et je l’assume. La fin justifie les moyens est la seule loi que je suis. La vie de ma mère, vous me preniez pour un perdreau de l’année ?

Les oulimots des copines et des copains

(image Shann Biglione / Flickr)

Nostalgie

Mots contraints : Autour, porte, île, couvrir, égoïste, sud, génération, paradis, casser. 

Je fais partie de cette génération qui a connu l’âge d’or du porno bien avant les youporn ou Jacquie et Michel. De ceux qui considèrent que « derrière la porte verte » est un monument du genre. Il y a hélas bien peu de monde autour de moi. Je sais que, désormais, on préfère empiler des scènes hard dans des décors de rêves comme des îles paradisiaques de l’hémisphère sud plutôt que d’avoir un scénario et je le regrette. Je trouve que le mainstream a fini par casser l’imagination du spectateur. Franchement, quel intérêt y a-t-il à multiplier les séquences où des blondes épilées, siliconées et interchangeables se font couvrir par des étalons tout aussi impersonnels ? J’ai peur, bien au contraire, que cela ne rende le spectateur égoïste dans son plaisir et qu’il le reproduise dans sa vie. Et ce que je peux constater ne fait que me le confirmer. Le sexe est devenu un produit de consommation.

Les oulimots des copines et des copains

Apéro sage

Mots contraints : Thème, esprit, croisement, crème, pourquoi, fouetter, pression, blanc, vent. 

Café crème contre blanc sec. Trinquer ainsi peut certainement paraître un peu iconoclaste mais ayant eu vent de la présence de la maréchaussée au premier croisement à la sortie de la ville, j’ai préféré renoncer au demi-pression, même si j’étais à l’apéritif au bar avec les copains. 

Pourquoi tant de prudence de ma part ? J’ai à l’esprit que Ma Dame m’attend et que je pourrais me faire fouetter jusqu’au sang si je lui faisais faux bond, surtout à cause d’une arrestation.

Vous objecterez sans doute que tel est souvent le thème de nos jeux et que je n’en serais pas à une fois près. Je vous répondrai que si j’ai choisi ce côté de la cravache, j’ai en revanche horreur d’être puni. 

J’ai ma fierté tout de même.

Les oulimots des copines et des copains