#ecriturecontrainte2018 (10)

Semences* Oedipe* Cavalier* Saxophone* Moiteur* Érudit* Architecture* Stéréotypé* Citron*

Tes énigmes de sphinx faisaient germer en moi

Les semences d’un doute ô combien cavalier

Pressé comme un citron, Oedipe eût soudoyé,

Comme moi je le fis, un érudit sournois.



Car mon désir pour toi, trop stéréotypé,

Me faisait perdre le sens de l’architecture

De ton sexe si doux à la moiteur mature.

Et dont le doux parfum me faisait tant tripper.



Tous les sanglots altiers d’un saxophone alto

Ne peuvent en détourner mon esprit ni mon vit

Car te foutre est ce dont j’ai la plus grande envie



En bouche, en cul, en con je veux aller partout

Te donner du plaisir est réellement tout

Ce que je peux vouloir et cela dès tantôt

Publicités

#ecriturecontrainte2018 (9)

Semences* Oedipe* Cavalier* Saxophone* Moiteur* Érudit* Architecture* Stéréotypé* Citron*

Tes énigmes de sphinx faisaient germer en moi

Les semences d’un doute ô combien cavalier

Pressé comme un citron, Oedipe eût soudoyé,

Comme moi je le fis, un érudit sournois.

Car mon désir pour toi, trop stéréotypé,

Me faisait perdre le sens de l’architecture

De ton sexe si doux à la moiteur mature.

Et dont le doux parfum me faisait tant tripper.

Tous les sanglots altiers d’un saxophone alto

Ne peuvent en détourner mon esprit ni mon vit

Car te foutre est ce dont j’ai la plus grande envie

En bouche, en cul, en con je veux aller partout

Te donner du plaisir est réellement tout

Ce que je peux vouloir et cela dès tantôt

#ecriturecontrainte2018 (8)

Autrefois, Présent,  Rigolade, Vent,Bien, Héritier, Comparer, Boucan, Question

S’il fallait maintenant toutes vous comparer,

Amantes d’autrefois et celles d’à présent,

Ce serait à coup sûr un boucan épuisant

Dans mon esprit tant vous m’avez accaparé.


Celles qui m’ont soumis à la question jadis

Et qui m’ont congédié d’un si triste “bon vent”,

Celles qui m’ont surpris en prenant les devants,

Et, pour mon plus grand bien, offert leur entrecuisse.


Cupidon est pour moi un si terrible archer.

Vous m’avez fait chacune à votre tour marcher

Sur la carte du tendre. De jolies balades


Les mauvais souvenirs que vous m’avez laissés

Et qui, en leur temps,m’avaient peu ou prou blessé

Je les prends désormais tous à la rigolade.

#ecriturecontrainte2018 (7)

Pour dimanche 07/01 les mots d’Eshi: Couler, sable, frisson, songe valser,  nacré,  voluptueux, douceur, claque, vent.

J’aime faire couler un frisson sur ton corps

Voluptueux quand je le parcours en douceur.

Mes doigts ne sont alors que de doux assesseurs

De ma bouche avide alors que je te dévore.

Je fais après valser tes dernières pudeurs

Et mon vit claque au vent tout comme un sémaphore

Ou bien, pour te percer, une ardente claymore,

Que tu as soupesée d’un sourire frondeur.

C’est alors qu’il faudra lentement se presser,

Avant que le marchand de sable soit passé

T’emmener dans les bras de ce maudit Morphée.

Pour cela mon amie il faudra consacrer

Toute mon attention à ton conin nacré.

Et ton plaisir sera le plus beau des trophées.

#ecriturecontrainte2018 (6)

La  liste du jour, proposée par @boudoirshibari vert, prisme,  miroir,  lien,  échéance,  désuet, théâtre,  nonchalant, canne.

Lorsque tu viens vers moi de ce pas nonchalant

Me semble désuet l’usage de ta canne,.

Tu viens alors t’asseoir dessus mon ottomane

Théâtre délicieux d’ébats ambivalents.



C’est quand,au travers du vert prisme de tes yeux,

Je me sens délivré, esclave d’aucun lien,

Que tout mon désir monte. Et tu sais ô combien

Dans tes bras je me sens plus que l’égal d’un Dieu.



Et, quand bien même, l’impitoyable miroir

Voudrait rendre nos corps des plus blasphématoires

Il ne pourrait, ma foi que retarder l’échéance.



Car je n’ai qu’une envie, celle de te revoir.

Et qu’enfin nos deux peaux puissent à nouveau savoir

Que de s’entrefrotter est une telle chance

#ecriturecontrainte2018 (5) 

Les mots du jour, proposés par Vépeciste étaient : défenestrer, sèche, Neptune, bûche, crème, foutre, baguette, bulle, ancre.

En voici ma version

 


C’était d’une beauté à se défenestrer.

De regarder ton cul j’avais la bouche sèche.

Neptune et son trident, Eros avec ses flèches

N’avaient de stratagème aussi bien orchestré.

Je maniais mon vit comme un chef sa baguette,

Une bulle de foutre en surmontait le gland

Cette crème d’amour du plus laiteux des blancs

Était prête à jaillir pour oindre ta rosette.

Il fallait désormais que j’ancre mes longs doigts

Dans la chair de tes hanches, et, dans un geste adroit

Que j’imprime à ton corps une douce cadence

Tu me disais alors d’un souffle languissant,

Annonciateur je crois d’un orgasme naissant :

“Défonce moi mon chou, au cul la bienséance”

#ecriturecontrainte2018 (4)

Les mots du jour, proposés par @DomVonWeber etaient : Rose, Airain, Ciel, Cicatrices, Lys, Ephémère, Genoux, Dalle, Cape

En voici ma version

 

Lorsque je te faisais une feuille de rose,

Rendant ainsi hommage à ton beau cul d’airain,

Tu tremblais des genoux et balançais des reins,

Jusqu’au septième ciel, jusqu’à l’apothéose.

 

Je m’amusais aussi avec la cicatrice,

La fente de ton con à la liqueur amère,

J’y passais ça et là une langue éphémère,

Comme pour faire éclore ta jolie fleur de Lys.

 

Je buvais ton nectar, j’avais la dalle en pente,

Assoiffé du plaisir que me donnait ta fente

Qui semblait supplier que sans fin je la lape.

 

Et lorsque, terrassée par de puissants orgasmes,

Tu te laissais aller à tes plus noirs fantasmes,

Alléché par l’idée je souriais sous cape

#ecriturecontrainte2018 (3)

Les mots du jour, proposés par @forme_de_vice étaient : Onirisme, obsolescence, olisbos, baroque, lessiveuse, prolétaire, cyclo-rameur, rémoulade, compétitif

Voici ce que j’en ai fait.

 

J’aimais te voir jouer avec ton olisbos

Lorsque tu t’en allais sur ton cyclo-rameur,

Prolétaire motion,mais avec quel bonheur

Ce baroque instrument te rapprochait d’Eros.

J’espérais pour ma part être compétitif

Afin de supplanter ce maître de tes sens,

Qui provoquait en toi cet onirisme hâtif.

Je ne voulais alors que son obsolescence.

J’émulsionnais alors au fond de mes gonades,

Pour ton plus grand plaisir, ma douce rémoulade

Pour t’en badigeonner le ventre et puis les seins.

Et plus il m’en venait plus tu étais heureuse.

Il t’en aurait fallu toute une lessiveuse

Ou, je le crois, de quoi remplir tout un bassin.

#ecriturecontrainte2018 (2)

Les mots du jour, proposés par @BarFetish étaient : Aéropostale, Alcôve, Arrière-cuisine, balancier, bric-à-brac, crinoline, ergastule, hélicon, trahison. En voici ma version

 

Dans le quadrimoteur de l’Aéropostale

Qui fait de ton bassin un si doux balancier

Aucune trahison, ô divine vestale,

Dans tout le bric à brac de ce monstre d’acier.




Ton arrière cuisine et puis ton vestibule,


Explorés goulûment au son de l’hélicon,


Ne sont plus à présent qu’un immense ergastule,


Une alcôve béante. Ainsi je vois ton con




Que nulle crinoline à jamais pu couvrir.


C’est à présent ton cul que je voudrais ouvrir


Pour y perdre à jamais mon membre turgescent.




C’est cette perspective qui te fait sourire ?


Ou ma condamnation à aller et venir


Entre tes belles cuisses à l’attrait si puissant ?