Dans les boutiques

Librement adapté d’une photo d’Isabelle from Paris

S’IL VOUS MANQUE un peu de monnaie pour payer votre acquisition, ne proposez pas au marchand de le sucer pour le surplus, surtout si sa femme vous écoute.

(Pierre louÿs : Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation)

Il se peut qu’en boutique, par inattention,

Vous manquent quelques sous pour payer vos emplettes

Et je sais ce à quoi vous pouvez être prête

Afin que du montant vous fassiez la jonction

Je connais votre goût pour la négociation

Ainsi que celui que vous avez pour le vit

Et ce serait moins par nécessité qu’envie

Si vous deviez proposer une fellation

Alors je vous soupçonne de le faire exprès

Pour téter une pine. Et je sais bien qu’après

Le commerçant, pour vous, sera aux petits soins

Il faudra cependant faire bien attention

Que l’épouse ne soit au fait de la passion

Qui le pousse à vous faire crédit sans besoin.

Talentueuse

Mots contraints : Savoureux, balance, fermé, hommage, envie, talentueuse, cadeau, dureté, lourd

 

Tu es talentueuse et tu sais bien jouer 

Du moindre de tes charmes. J’aime en particulier 

Ton cul qui se balance et donne des envies

Au plus sage des hommes. Alors lorsque tu l’offres

À ma bouche et mes mains c’est le plus beau cadeau 

Que l’on puisse me faire. Il est si savoureux. 

Et puis tu n’es fermée à aucune hypothèse. 

Aucun de mes désirs n’est excessif pour toi. 

J’y pense en ce moment. Mon sexe se fait lourd

Et d’une dureté que tu apprécierais. 

Alors je me caresse et lorsque je jouirai 

Ce sera en hommage à toi ma bien aimée 

L’écrivain

Il s’en est fallu de très peu, de presque rien. Nos trajets auraient pu simplement se croiser mais nos existences demeurer parallèles. Et puis il y a eu cette brise légère qui a porté vers toi ces mots que j’écrivais. Tu as rougi, souri, tu n’étais pas choquée. Pourtant c’était très cru ce que je rédigeais. Tu es venue vers moi ma feuille dans la main et tu as déclaré qu’elle avait de la chance celle qui m’inspirait de si torrides mots.

— Et s’ils étaient pour vous ? 

— J’en serais très flattée. Et croyez-moi Monsieur je ne laisserais pas repartir leur auteur sans l’avoir épuisé de douces attentions 

Et tu as pris ma main, l’as portée à ton sein 

— Sentez-vous à présent l’effet qu’ils ont produit ? Et je ne peux ici décemment vous montrer ce qui peut se passer un petit peu plus bas. Mais si vous me suivez vous en saurez plus long. Et je connais un coin qui serait très propice

J’ai payé ma conso. Et puis je t’ai suivie. Je voulais savoir : je n’ai pas été déçu.

Et, depuis ce doux moment, tout ce que j’écris m’est inspiré par toi, ma muse mon amie, mon amante et bien plus. Tu as rempli ma vie. 

Medecine Man

fb_img_15884312120625341343007920778162.jpg

Elle a besoin de soins. Il s’est agenouillé

Et ausculte des yeux sa charmante toison

De lubriques idées leur viennent à foison

Et ses lèvres du bas s’en retrouvent mouillées

****

Avec le bout de sa langue il vient la fouiller

Il l’aspire, la suce : elle tombe en pâmoison

Il lui donne le La. Elle est au diapason

Il a de son plaisir la face barbouillée.

****

Mais il ne cesse pas. Il veut lui procurer

Des orgasmes sans fin, fût-il courbaturé

De par sa position, à ses pieds accroupi.

****

Elle crie sa jouissance, la tête renversée .

Un orgasme puissant vient de la traverser,

La guérissant de tout. La belle thérapie.

Sonnet Oral

 

Se lécher, se sucer, je ne vois rien de louche

Entre personnes sages, aimantes et polies

Ces buccales caresses sont choses jolies

Peu importe le genre et comment on se touche

****

Alors, fille ou garçon, rejoignez donc ma couche

Et ensemble faisons les plus douces folies

De celles que jamais, non jamais, on n’oublie

Ces moments où chacun prend l’autre dans sa bouche.

****

Se donner du plaisir semble être compliqué

Pour ceux qui se limitent aux choses codifiées

À ceux là je dis donc relâchez vos entraves

****

Aimez vous sans plafond, sans aucune limite

Et que vous préfériez les chattes ou les bites

Ou les deux, tout est bon. Aucun péché n’est grave.

Abandon

Rougissez moi le cul, du fouet ou de la main

Je ne crains pas vos coups et même les espère

En un mot comme en cent vous êtes mon repère

Au sein de l’univers que nous promet demain. 

****

Je vous sais décidée, sans aucun baratin 

Et sachant tour à tour être douce ou sévère 

Jouissez donc de mon corps de toutes les manières. 

Vous m’avez capturé je suis votre butin

****

Je saurai me plier à chacun de vos vœux

Participer également au moindre jeu 

Auquel je serai convié. J’ai confiance en vous 

****

Soyez soft ou bien hard. Ça n’a pas d’importance 

À partir du moment où j’entre dans vos danses 

Faites selon vos souhaits. Je suis à vos genoux

20181203 : oulimots

Une contrainte harmonieuse :

Musc, Fauve, Salines, Harmonie, Tout le temps, Première, Sacré

 

Tout le temps j’ai cherché l’harmonie de mes sens,

C’était mon but sacré et tu en fus la muse.

 

La première liqueur à autant m’enivrer

Avait le goût du musc et perlait à tes lèvres

Du bas que je léchais avec passion et fièvre.

Ces salines saveurs qu’alors je découvrais.

 

Quand tu me voulais doux j’étais comme un agneau,

Lion si ton désir était que je sois fauve,

Unis par le plaisir au fond de notre alcôve.

N’était-il pas charmant ce petit bungalow ?

 

C’était avant que sans avoir la moindre excuse

Je ne perde ce qui est du plaisir l’essence.

 

20181125 : oulimots

Une contrainte en image offerte par Delphine Cencig

20181125 oulimots

C’était plus que du désir. De l’adoration.

Alors il s’était agenouillé, fasciné,

Dans un premier temps entre ses cuisses ouvertes.

Il aimait, de sa langue, l’avoir découverte,

Cette fleur qu’il ne voulait pas voir s’étioler.

Ce cunnilingus qui confinait au divin,

Dont personne ne voulait connaître la fin,

N’était nullement un péché. Alors pourquoi

S’être rendu prisonnier d’absconses idées ?

Ce siècle soi-disant spirituel vaut-il

De bannir le beau sous des prétextes futiles ?

Toujours est-il qu’il fut décidé adéquat,

Lui en voulant, C’est con, de s’être dévoilée,

De la punir de s’être ainsi abandonnée.

Mais à présent il pleure sa crucifixion.