Lettre 70 (happy end)

Ma Chère Amie, 

Quelle agréable surprise, ce matin en ouvrant ma porte. Vous étiez sur le seuil, resplendissante.

Je vous ai fait entrer, tremblant d’excitation et me suis blotti à vos pieds sitôt le café servi. Vous avez alors pris la clé d’entre vos seins et m’avez libéré, cajolé. Et le temps à venir n’appartenait qu’à nous. Il n’était plus question d’épreuve. Juste de deux êtres qui se retrouvaient.

J’ai inondé vos pieds. Vous avez souri. 

Nous allons cesser cette correspondance m’avez-vous dit. Elle n’a plus de sens maintenant que nous sommes réunis 

Je suis à vos ordres. 

Votre Dévoué. 

Lettre 70

Ma Chère Amie,

Je serais resté encagé jusqu’au jour de nos retrouvailles. C’est ce que m’a affirmé la voisine ce matin en venant me libérer à son initiative.

Et vous vous montrez de plus en plus évasive quant à cette date. Alors, je crois que nous en resterons à cette relation distante. Celle qui a accompagné nos jeux durant tout ce temps est amplement assez compétente pour s’occuper de moi et je nous sens capable de nous passer de vous.

C’est irrévocable. Et sans remords. 

Vous aviez toutes les cartes en main. Alors ne vous en prenez qu’à vous-même.

Adieu.

Lettre 69

Ma Chère Amie,

Il ne se passe pas un instant sans que je ne pense à vous et vous le savez. Je vous l’ai assez dit, assez prouvé je crois.

Et c’est d’autant plus vrai depuis hier et la mise en place de ma cage. Hormis le poids du métal que je peux ressentir, me savoir ainsi emprisonné et incapable de la moindre érection si vous ne l’avez pas décidé et transmis à la voisine me rappelle à ma dépendance vis à vis de vous de façon plus prégnante encore.

Je dois vous avouer que cela me trouble.

Votre Dévoué

Lettre 67

Lettre 66

Ma Chère Amie, 

Ce jour est férié et je vais pouvoir paresser un peu en pensant à vous, si proche mais à la fois si loin 

Car ce ne sera hélas pas un jour où nous pourrons  nous revoir. Nous jouons de malchance à ce niveau mais j’ai foi en un avenir aussi proche que radieux. 

Et je sais que vous pensez à moi comme en atteste la liste des devoirs que vous m’avez donnés. Vous n’aimez décidément pas me savoir oisif. 

Je crois que je vais avoir besoin de l’aide de la voisine pour tous les accomplir. 

Votre Dévoué. 

Lettre 66

Ma Chère Amie,

Vous préférez que je dissocie le monde professionnel et celui des plaisirs. Mon dernier gage restera donc unique et connu de nous seuls. 

Maintenant, la tendance étant au télétravail, vous pouvez me faire part de vos désirs et je me ferai une joie de les exaucer. Ce n’est qu’une question de gestion de mon temps et Dieu sait si je désire vous en consacrer. 

Et, si l’envie de remettre la voisine dans nos jeux vous reprenait, sachez qu’elle m’a fait part de son souhait de faire de nos balcons un espace de coworking 

J’en frémis. 

Votre Dévoué. 

Lettre 65

Lettre 64

Ma Chère Amie, 

C’est sans vous avoir vue ce dimanche que j’ai repris le chemin du travail. Mais ma déception a été vite atténuée par le message que vous m’avez envoyé et dont j’ai pris connaissance à la pause café. 

Car si vous m’avez pardonné ma défaillance, elle est devenue l’objet d’une nouvelle épreuve dont vous avez exigé l’exécution immédiate. 

Mais comment avez-vous deviné que je devais me rendre au bureau ? Que j’y suis allé avec un jouet dans ma mallette ? Quoi qu’il en soit, j’étais bien investi pendant mon point hebdomadaire avec ma chef. 

Voulez-vous qu’elle l’apprenne ? 

Votre Dévoué. 

Lettre 66

 

 

Lettre 64

Lettre 63

Ma Chère Amie, 

Je me faisais une telle joie de me retrouver dans vos griffes, de pouvoir goûter  à nouveau aux fruits de votre imagination.

Vous deviez être si impatiente de mesurer à quel point j’ai pu progresser durant notre séparation 

Las 

Nous avons été privés de ces retrouvailles que nous espérions tant. Et jamais ces mots de Gide n’auront sonné aussi juste dans ma bouche. 

“Familles je vous hais ! »

Quelle idée a eu la mienne d’organiser une session de rattrapage des fêtes de Pâques… 

Mes neveux devaient avoir leurs chocolats.  Moi me montrer diplomate. 

Me le pardonnerez-vous ? 

Votre Dévoué. 

Lettre 65

Lettre 63

Lettre 62

Ma chère Amie,

Vous m’aviez demandé mon numéro de téléphone il y a peu, m’assurant que vous en feriez bon usage. Je m’étais empressé de vous le donner en espérant que cela arrive le plus tôt possible.

Et, depuis, je guettais le moment où cela arriverait. Celui où, en décrochant, j’entendrais enfin votre voix en direct.

Du temps a passé. J’ai tremblé d’émotion à chaque fois que j’entendais la sonnerie. En vain.

Et puis ce matin c’est arrivé : c’était vous au bout du fil. Et, comble de bonheur, c’était pour me donner un rendez-vous.

J’en ai presque joui.

Votre Dévoué

Lettre 64

Lettre 62

Lettre 61

Ma Chère Amie,

Est-ce parce que je vous ai fait part du fait que ce temps qui nous sépare de nos retrouvailles s’écoule trop lentement à mon goût ? Voilà en tout cas que vous cherchez à l’occuper autant que faire se peut. Et j’ai fort à faire pour me tenir à la fois à mes obligations professionnelles et à vos exigences.

Quand ces activités ne se télescopent pas.

Je pense notamment à cette visioconférence durant laquelle on aurait été surpris de voir ce que je dissimulais sous mon bureau.

Et pourtant, sur vous ce serait allé de soi.

Votre Dévoué.

Lettre 63

Lettre 61

Lettre 60

Ma Chère Amie,

Je pensais qu’en étant tous deux dans la même zone nous serions à même de nous retrouver plus facilement et pourrions donc enfin jouer tout notre saoul. Mais la réalité est toute autre et fait de la réunion de nos corps un fantasme qui ne sera pas assouvi de sitôt.

Ne croyez toutefois pas que je cède au désespoir. Je sais que nos âmes sont liées et c’est fort de cette intangible union que je continue mes exercices. Les beaux jours finiront par revenir et moi par retomber dans vos griffes acérées par cette attente.

Votre Dévoué.

Lettre 62